Anoxie @ La Graverie 31/08/2013

7 Sep

Credit Zyblynn (photo prise à Cerisy-Belle-Etoile (Orne), le 27 mai 2012)

Dans mon rôle de chroniqueuse (que je commence tout doucement à assumer), j’essaye de varier les sujets. Certes, ils ne sont pas si nombreux que ça…car je manque de temps, je ne peux pas écrire aussi souvent que je le souhaiterais. Je constate quand même, en jetant un regard en arrière sur mes publications, que je parle de groupes mondialement connus, comme les Smashing Pumpkins ou Woodkid, d’artistes à la carrière bien ancrée, comme Puggy ou Stuck In The Sound, mais aussi (et surtout) de jeunes artistes qui se battent chaque jours avec passion pour devenir professionnels. Et puis, je dois bien avouer que j’ai mes préférences (et plus le temps passe, plus la liste des « chouchous » s’allonge). Parmi ces chouchous, il y a Anoxie, un groupe amateur (mais, soyons clairs: si tu les programmes au Art Sonic ou aux Papillons de nuits, ils se feront un plaisir de jouer dans des conditions professionnelles) tout près de chez moi (genre, à peu près dans mon village) dont j’avais l’intention de parler depuis une bonne année, sans trouver – ou prendre – le temps de le faire. Il se trouve que j’ai, à nouveau, croisé leur route au détour de la terrasse d’un bar le 31 août dernier. Il m’est alors apparu essentiel de revenir sur les principales qualités de cette formation Rock née en 1998, qui propose ses propres compositions, en Français comme en Anglais, et agrémente ses set live de jolies reprises des meilleurs groupes Rock français, comme Téléphone ou Trust (ou Daft Punk, mais ça, c’est juste arrivé par hasard, un soir d’été, et je ne sais pas s’il faut en parler…enfin, si, il faut, j’avoue que j’ai bien aimé leur façon d’improviser.)

Anoxie, c’est Romain au chant et guitare électro-acoustique, Pascal à la guitare et aux chœurs, Arthur à la basse (et claviers) et Jeremy à la batterie. C’est aussi des mélodies Pop-Rock faciles à retenir (et à fredonner…enfin….surtout si tu chantes moins faux que moi), des paroles qui parlent de filles qui écoutent des histoires en pleurant et d’amours qui se noient, mais tout ça n’est pas bien grave puisqu’on peut toujours faire appel à un MNS (Maître Nageur Sauveteur) pour sauver tout ça…et, quoi qu’il arrive (corde de guitare qui casse ou autre problème d’ampli….) tu ne peux pas faire autrement que d’avoir envie de te déhancher au rythme de leur musique (sauf que moi, je ne danse pas) et tu finiras le concert imprégné par la bonne humeur communicative de Romain qui n’a pas son pareil pour (ré)chauffer son public (Il le fait d’ailleurs bien mieux que certains chanteurs professionnels…non, non, n’insiste pas, je ne donnerai pas de noms).

En tout cas, si tu vis aux frontières de l’Orne et du Calvados, lorsque tu croiseras des affichettes portant ce logo, n’hésite pas à te rendre sur le lieu indiqué sous le triangle (surtout si tu es à peu près dans le même état que le petit bonhomme du dessin), tu en ressortiras gonflé à bloc, d’énergie et de bonne humeur. J’en sais quelque chose: la dernière fois, j’y ai emmené un mari tout épuisé par trois semaines de boulot intensif, et je l’ai ramené à la maison tout souriant après le concert (qui a duré plus de 2h30).

Share Button

3 Responses to “Anoxie @ La Graverie 31/08/2013”

  1. Arthur 7 septembre 2013 at 4:23 #

    Salut Julie,
    Ta chronique est super sympa nous venons de la lire tous ensemble. Un grand merci et continue tes chroniques qui sont excellentes!
    Par contre, je m’appelle Arthur…
    Le bassiste d’4noxi3

  2. zyblynn 7 septembre 2013 at 4:57 #

    Contente que ça vous plaise, désolée pour l’erreur de prénom, j’ai trouvé l’info sur votre page Facebook. En tout cas, c’est corrigé ;).

    • zyblynn 7 septembre 2013 at 5:00 #

      Effectivement, l’erreur est dans la biographie, mais dans la liste des membres, c’est bien noté Arthur, je n’ai pas regardé la bonne colonne 🙂

Leave a Reply