Fred Atome – Pan D – Black Boar @ La Bazoge (Soirée Twin) 08/03/2014

18 Mar

Twin est une organisation qui a débuté en 1980 sur des bases très simples « On passera la musique que l’on aime, si le public vient, c’est bien ; s’il ne vient pas ou plus on arrête ». Ils organisent régulièrement des soirées où ils passent de la Folk, du Rock, du Reggae… en se tenant éloignés des musiques commerciales, et la recette fonctionne, puisque cela fera bientôt 35 ans que ça dure. Ils se sont même produits au Festival des papillons de nuit pour sa dixième édition, ce qui correspondait aux trente ans de cette association. Plusieurs fois par an, les soirées DJ sont précédées d’une série de concerts, comme c’était le cas ce samedi là. Et moi, si j’étais à La Bazoge ce soir-là, c’est tout simplement parce que j’ai découvert Undobar en première partie d’ Alexis HK en janvier 2013, oui bon ça, c’est la version courte, pour les étapes intermédiaires, quelques pistes ici, et (faut croire que ce groupe m’inspire). Soit. En résumé, les trois projets présents ce soir-là font partie d’une même famille, incluant les membres d’ Undobar. On dit souvent qu’un petit dessin vaut mieux qu’un long discours, voici donc:

Schema Pan D Fred Atome Black BoarHum, si mon schéma ne t’aide pas tellement à t’y retrouver, je te file les liens utiles pour découvrir tous ces chouettes groupes : Undobar, NOÏD, Hot Rod 56, Wine, Cross Damage (à noter que les deux derniers ne sont plus actifs en ce moment).

Pour ce soir, les trois projets présents sont : Fred Atome (projet solo de Fred : chant/guitare/percu chez Undobar), Black Boar (projet parallèle de Derrick : guitare/choeurs/percu chez Undobar) et Pan D (né sur les cendre de Wine avec quatre de ses membres).

Fred Atome ouvre la soirée, seul avec sa guitare (et son tambourin), ses mélodies folk et sa voix sombre. J’avoue que je l’ai déjà connu plus à l’aise sur scène, le projet tout récent a vu le jour cet été 2013 et on sent qu’il est en pleine maturation et doit encore faire ses armes. Deux chansons, selon moi se détachent des autres : « L’Aurore » et « Old Wild Lady ». La première est en Français, j’aime beaucoup le texte, tout est dans la suggestion, l’image, le ressenti et le fait de comprendre les mots apporte quelques chose en plus, j’espère qu’il en fera d’autres dans la même veine; la deuxième est le titre qui clôture le set, pour lequel Derrick vient rejoindre Fred sur scène :

Image de prévisualisation YouTube

Vient ensuite Pan D que je n’avais pas vraiment pris la peine d’écouter avant ce soir, sachant que je finirais, tôt ou tard, par les voir sur scène. Quand c’est possible, je préfère découvrir les artistes directement en live, sans idée préconçue, pour mieux mesurer à quel degré ils sont capables d’emmener leur public. Bizarrement, au tout début du concert, je sens Sophie (au chant, mais ça, tu le sais déjà, grâce à mon petit schéma compliqué explicatif) réservée, et j’ai l’impression qu’il n’y a pas grand chose dans sa voix…étrange, oui…car, Sophie sur scène, c’est tout sauf ça, en fait. Sa présence est envoutante, tout en ondulations, d’une certaine nonchalance dans le moments calmes, elle explose lors des passages plus énergiques et quand elle pousse sa voix, c’est…surprenant.

Image de prévisualisation YouTube

Elle est investie de sa musique et on n’a qu’une envie : la rejoindre dans son monde. La disposition des musiciens invite également à se poser là pour savourer, simplement : Adrien (Guitare, percu) et Alex (batterie) sont assis de part et d’autre de la scène (moi, j’aime bien quand le batteur n’est pas tout au fond) et Matthieu (Basse, trompette) debout, crée la transition vers la silhouette de Sophie, c’est équilibré et confortable, car on peut admirer tous les musiciens sans se tordre le cou. Les mélodies alternent douceur planante et énergie, oui, bien plus d’énergie que je n’aurais pu l’imaginer au départ. Et puisque c’est ambiance famille ce soir, Fred rejoint le groupe sur scène pour chanter le titre « Every Night » en duo avec Sophie.

Image de prévisualisation YouTube

Le duo Black Boar clôture cette série de concerts. Le projet instrumental tout récent, créé en septembre dernier, dévoile ce soir son univers, pour la première fois sur scène. Quand on sait que « Boar », en anglais, signifie « Sanglier », on comprends que Derrick (guitare chez Undobar) et Jérôme (ingé son chez Undobar) ne montent pas sur scène pour compter les pâquerettes, mais plutôt pour les écrabouiller (oulàlà, il est très tard, je bug). Il s’agit ici de gros son et d’énergie brute. Derrick, à la guitare, semble libéré de toute attache : pour une fois qu’il n’est pas assis derrière les fûts ou une grosse caisse, il peut utiliser son énergie débordante (qui a déjà vu Undobar sur scène visualisera très bien de quoi je parle) pour occuper l’espace scénique, déclenchant au passage quelques pédales d’effet (qui déconnent quand même un peu, au début du set…). Ça envoie le pâté, mais ce n’est pas violent comme musique (je trouve), on a juste envie de balancer la tête en rythme et sauter partout, aussi parfois. D’autres on même eu l’idée de danser un slow comme en témoigne la vidéo ci-dessous. Et bien, moi, je dis : pourquoi pas?

Image de prévisualisation YouTube

C’était vraiment une chouette soirée, trois concerts, trois univers bien différents, et une belle bande d’amis : ambiance super sympa. Vivement la prochaine avec cette famille-là.

Pour écouter Fred Atome, Pan D et Black Boar, il suffit de cliquer sur les noms.

Share Button

No comments yet

Leave a Reply