[Le Fair 2014] Mein Sohn William

6 Nov

Fair 2014Pour la 2e année consécutive, l’équipe de My Wonderwall a le plaisir de renouveler son partenariat avec Le Fair. Tu connais Mein Sohn William? Non? Eh bien, je ne vais pas mentir : moi non plus… Je l’ai découvert au moment même où la liste des 15 lauréats du Fair a été dévoilée, et je vais essayer de t’expliquer pourquoi il a obtenu sa place parmi mes favoris dans cette sélection 2014.

Commençons par une rapide présentation : Mein Sohn William alias Dorian Taburet, artiste Rennais, a enregistré sa première demo « orchestre national » en 2009, puis, sorti son premier album éponyme début de l’année 2012, cela fait donc plus de quatre ans qu’il défend sa musique sur scène.

J’aime la musique, certes, mais, ce que j’aime par dessus tout, c’est lorsque la musique prend vie sur scène. Il est vrai que je n’ai jamais vu Mein Sohn William en concert, mais il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre quelle fascination il peut déclencher parmi son auditoire. Il suffit de regarder son premier clip, Until The End, pour s’en faire un idée : l’image de départ est une salle de théâtre vide, sombre, silencieuse; un projecteur s’allume, un homme s’avance, il semble un peu perdu, il est ensuite rejoint par… lui-même, qui, d’un regard assuré lui fait comprendre : « je vais te guider ». Le premier lance un rythme, le second lui répond, rapidement ils se retrouvent à quatre… puis six pour les percussions, ils sont ensuite rejoints par un claviériste, un guitariste… et un public de plus en plus en nombreux. Mais, sur la scène comme dans le public, c’est toujours notre artiste, démultiplié quelques dizaines de fois.

Image de prévisualisation YouTube

Mein Sohn WilliamTu l’auras compris, le mec, il n’est pas tout seul dans sa tête comme on dit… j’ai, moi aussi, souvent l’impression que nous sommes plusieurs dans mon esprit à décider de ce que je vais faire moi-même, alors, les gens qui se démultiplient, ça me rassure. Cette impression de ne pas être la seule à être plusieurs, c’est vachement réconfortant, je trouve (et je pense que la personne qui se trouve de l’autre côté du miroir de ma salle de bain est du même avis que moi). Pour en revenir au clip, j’apprécie particulièrement le fait que Dorian se soit mis en scène également côté public, je perçois ça comme une façon de dire : « Ce que tu fais doit plaire à toi-même avant de plaire aux autres », et c’est, pour moi, l’essence même de l’authenticité d’un artiste : faire les choses pour soi-même et non en fonction des attentes majoritaires. Cet état d’esprit novateur et déjanté est la source d’une musique créative et singulière. Je vois encore d’autres jolies choses dans la personnalité de cet artiste : d’une part, il est très talentueux, car il est capable de mener à bien un concert seul sur scène : je ne parle pas ici d’un mec seul avec sa (seule) guitare folk, non, Mein Sohn William fait sonner tous ses instruments en live, comme dans le clip ci-dessus, mais sans l’aide de ses clones, il fait tout ça avec deux mains et deux pieds. Regarde comme il a géré aux Transmusicales 2011 :

Image de prévisualisation YouTube

d’autre part, sa musique est addictive, j’aime beaucoup les rythmes bruts mêlés de guitares douces, et sa voix qui passe, sans ménagement, du cri démoniaque au chant mélodieux : il laisse s’exprimer, dans une même chanson, les différentes personnalités qui le composent.

Bien que Dorian ait démontré ses capacités à assurer seul une performance multi-instrumentiste, il a décidé de matérialiser son dédoublement de personnalité en la personne d’Antoine Bellanger qui l’accompagne sur scène depuis quelques dizaines de prestations.

Par ces quelques mots, j’espère t’avoir convaincu(e) d’aller découvrir le chouette album de  cet artiste hors-norme (mon morceau préféré s’appelle Carbonnade). En attendant de nouvelles dates de concert, nous te ferons bientôt découvrir son prochain clip, qu’il a tourné la semaine passée.

Share Button

Trackbacks and Pingbacks

  1. [live-report] Mein Sohn William @Festival Mo'Fo', le 26/01/2014 | My Wonderwall - 4 février 2014

    […] été exploré dans le clip de « Until The End », comme Zyblynn avait tout bien expliqué ici. Mais malgré son talent pour tout faire en même temps : chant, guitare, synthé, pédales, […]

Leave a Reply