Le Top Albums 2012 de la rédaction

29 Déc

Zyblynn

Cette année, j’ai l’impression d’avoir découvert beaucoup d’albums, mais il faut avouer que j’avais pas mal de retard, ayant mis ma passion pour la musique de côté pendant quelques années, le temps de fabriquer trois petits garçons. Il se trouve donc que, parmi mes albums préférés découverts en 2012, une bonne partie sont de 2011, voire même avant. J’ai donc, eu un peu de mal à trouver 5 albums édités cette année que j’ai beaucoup écoutés.

Nobody’s Hotter Than God par SOMA

Instinctivement, je peux dire que cet album est celui qui a le plus tourné dans mes oreilles cette année, je l’ai écouté partout, tout le temps depuis sa sortie: dans mon ipod, dans la voiture, sur deezer, en cuisinant, avec les enfants, quelle que soit mon humeur, jamais le son de Soma ne me semble déplacé, le seul moment peut être inapproprié serait l’heure du coucher (oui, parce que si tu arrives à t’endormir en écoutant Soma, y’a un petit souci, quand même hein). Cet album est bourré d’énergie, les mélodies sont efficaces et plus j’écoute la voix de Lionnel, moins je m’en lasse. Alors, je dis m**de a tous ceux que j’ai pu lire qui considèrent que leur musique n’est qu’un remake du rock des années 90, arrête de réfléchir, la musique n’est pas un cours d’histoire, c’est un ensemble de vibrations que tu perçois de manière plus ou moins intense, alors, laisse toi porter par chaque délicieux son de cet album et ne cherche pas à leur coller une étiquette, tu verras, tu ressentiras quelques chose de nouveau, c’est garanti.

An Hour with.. par Vegas

Je triche un peu, car cet album est sorti en 2011 en Belgique, mais étant donné qu’il est distribué en France depuis peu, je voudrais en dire un petit mot quand même pour l’année 2012. J’avais déjà expliqué ici, en détail pourquoi je l’aime. Il est caractérisé par différentes ambiances: on y trouve de la bonne guitare électrique, un peu d’électro, une pointe de Hip Hop, on passe de la hargne à la douceur et inversement sans transition, tant dans la voix que dans les mélodies. Mon imagination est remarquablement stimulée à l’écoute de cet album, j’imagine un voyage a travers des mondes très imagés, tous plus irréels les un que les autres, et j’adore ça.

 

Pursuit par Stuck In The Sound

Comme je l’ai dit dans l’intro, ma culture musicale n’est pas tout à fait à jour, donc, bien que les Stucks aient déjà plus de 10 ans de scène derrière eux, c’est avec cet album que je les ai découverts. On y retrouve le son unique du groupe caractérisé par l’omniprésence de la guitare sèche, même sur les morceaux les plus énergiques, et la voix aiguë de José  qui peut paraître déroutante au départ, mais s’impose comme une évidence par la suite. Cet album propose des moments d’énergie pure et des morceaux riches en émotion, voire même l’alternance des deux au sein d’une même chanson, envoûtant et stimulant à la fois.

Forever I Can Purr par The Dodoz

J’avais déjà expliqué ici combien mon coup de coeur pour ce groupe avait été immédiat. La voix de  Géraldine, qui m’a particulièrement séduite lors les premières écoutes, est soutenue par les voix des garçon, bien présentes malgré tout. Leur musique est énergique, et à l’issue de l’écoute de cet album, tu auras la pêche pour un bon moment (et en plus, il y a des jolis chats sur la pochette, détail futile, mais sympa).

30W 10W par Bow Low

Au vu de la pochette et du visuel du groupe, je m’attendais à une musique qui sonne très « country ». Et j’avoue que, même si j’avais déjà vu passer ce nom devant mon nez à plusieurs reprises, je n’avais jamais pris la peine d’écouter. C’est le hasard qui m’a conduit à les découvrir sur scène dernièrement (j’ai raconté ça). Et depuis, j’écoute leur album en boucle, un concentré de bonne humeur, et puis, j’aime beaucoup la voix de Nik, et, franchement, leur son est très personnel. Et bon, ils viennent du Far West…de la France, certes…mais Far West quand même, j’y vis moi-même et je sais que la bonne humeur est la meilleure arme pour survivre ici. Enjoy!

 

 

Dumdumgirl

Beaucoup, beaucoup d’albums écoutés en 2012, mais au final des albums que j’ai pris plaisir à réécouter souvent, il n’y en a pas eu tant que ça. Si les huit premiers se sont très rapidement imposés à moi, le choix a été cornélien pour les deux dernières places. Au terme de longues tractations avec moi-même, voilà le résultat :

Bloom par Beach House

Aujourd’hui on ne compte plus les groupes qui se targuent de faire de la dream pop. Mais bien rares sont ceux qui parviennent à vraiment faire rêver. Après leur déjà excellent Teen Dream, Beach House s’impose avec Bloom comme le groupe capable de te transporter dans un autre univers. Attention, le retour à la réalité est parfois dur.

Morceaux conseillés : Wild, Troublemaker, Irene

 

 

Foule Monstre par Eiffel

Pour ce retour très attendu, les Bordelais n’auront pas déçu. Aussi à l’aise sur les titres rock que sur les ballades, il n’y a rien à jeter sur cet album où le groupe a brillamment su se renouveler (en intégrant deux duos par exemple) sans renoncer à son identité musicale.

Morceaux conseillés : Le Même Train, Chaos Of Myself, Chanson Trouée

 

 

 

Born To Die par Lana Del Rey

Je me demandais si cet album, sorti en début d’année, tiendrait le coup sur la durée. Eh bien oui, au final j’aurais écouté toute l’année la pop vaporeuse teintée de hip-hop de la très critiquée Lana sans m’en lasser. La récente réédition de l’album avec quelques titres inédits a permis de lui redonner une seconde jeunesse. Ma chronique de l’album à retrouver ici.

Morceaux conseillés : Carmen, This Is What Makes Us Girls, Ride

 

 

Vengeance par Benjamin Biolay

Parce que personne mieux que lui ne chante les amours désespérées. Rien que le titre de l’album, déjà j’étais conquise. Et le contenu est à la hauteur, notamment par la présence de nombreux duos, certains qui semblent couler de source (Vanessa Paradis, Julia Stone), d’autres plus étonnants mais tout aussi réussis (Orelsan, Oxmo Puccino). Encore une fois, c’est du grand BB.

Morceaux conseillés : Profite, Ne Regrette Rien, Aime Mon Amour

 

 

Liza Manili par Liza Manili

Sur ce disque très court  on trouve deux types de morceaux : des chansons pop acidulées et, en majorité, des chansons douces-amères, plutôt romantiques, sur lesquelles on se laisse aller à rêver. Un premier essai très réussi pour Liza Manili, ancien mannequin et actrice, qui sent bon les années 80. Ma chronique de l’album est à lire ici.

Morceaux conseillés : L’Eclipse, Voie Rapide, On Ne Se Le Dit Pas

 

 

 

Good Man Down par Ewert And The Two Dragons

Le groupe qui a mis tout le monde d’accord sur la planète folk cette année nous vient d’Estonie. Sur cet album on trouve de vraies petites perles. Mélancolie et dépaysement garantis.Par contre, il ne faut pas être allergique au xylophone car on en trouve sur pas mal de chansons !

Morceaux conseillés : Jolene, Panda, Road To The Hill

 

 

 

Melody’s Echo Chamber par Melody’s Echo Chamber

Une française produite par le leader de Tame Impala, qui n’est rien de moins que le groupe en tête de la plupart des tops albums 2012, ça a de la gueule. Et moi qui ne suis pourtant pas fan des australiens, j’ai immédiatement adhéré à la pop très psychédélique et parfois mutine de la belle Melody. Un disque parfait à écouter à deux sous la couette !

Morceaux conseillés : I Follow You, Crystallized, Some Time Alone, Alone

 

 

The Haunted Man par Bat For Lashes

Attirée par des premiers extraits alléchants, j’ai été un peu déçue en écoutant l’album dans son intégralité. Et puis j’ai vu la belle Natasha Khan sur scène et ça a tout changé. J’ai remis illico cet album sur ma platine et j’ai alors apprécié dans leur pleine mesure cette alterance de titres tribaux et de ballades belles à pleurer.

Morceaux conseillés : Laura, All Your Gold, Marilyn

 

 

Pursuit par Stuck in the Sound

Le seul album sur lequel toute la team sera tombée d’accord, ce qui veut dire que c’est un album de rock assez bon et varié pour plaire au plus grand nombre. C’est cet album (et aussi les éloges faites par Chacaloute) qui m’a donné envie de me plonger plus attentivement dans la discographie de ce groupe que je connaissais mal. Et je ne l’ai pas regretté, puisque j’ai définitivement craqué sur la voix aigüe de José, capable d’être agressive sur les morceaux bourrins et de se faire douce sur les ballades.

Morceaux conseillés : Let’s Go, Tender, Purple

 

Séverin par Séverin

Un album qui présente quelques similitudes au niveau du son avec celui de Liza Manili, et ce n’est pas étonnant, puisque Séverin a écrit et produit plusieurs titres de cette dernière. J’aime la plume de ce mec, tantôt humoristique, tantôt romantique, mais qui tombe toujours juste, ainsi que son don pour composer des mélodies qui s’impriment instantanément dans la tête.

Morceaux conseillés : Sexplication, En Noir Et Blanc, La Revanche

 

Chacaloute

Bon, inutile de vous dire que choisir 10 albums parmi toutes les sorties 2012 s’annonçait plutôt compliqué. Alors j’ai simplement pris le parti de sélectionner les 10 galettes qui m’ont accompagnée partout cette année.

Pursuit par Stuck in the Sound

La bombe.

Dès que j’ai entendu les premières notes de « Brother », j’ai su. J’ai su que cet album tant attendu allait être une vraie tuerie. Bien que ce ne soit pas l’album des Stuck que je préfère, Pursuit est indéniablement l’album que j’ai le plus écouté cette année, au point de brûler la galette dans mon autoradio cet été. Nettement plus diversifié et nuancé que ses prédécesseurs, ce 14 titres alterne des morceaux qui donnent très très envie de chanter à tue-tête (« Let’s Go », « Bandruptcy »), des titres un peu plus à l’ancienne, musclés et bordéliques à souhait (« My Life », « Pursuit », « Purple ») et des ballades à tomber, sur lesquelles la voix de José prend toute sa dimension (« Tender », « Silent and Sweet », « Criminal »). Un album très complet donc, une bombe à mettre à fond, toutes vitres ouvertes !

Dark Eyes par Half Moon Run

Le délice.

Bon j’avoue, sur ce coup-là, j’ai un peu triché sur les dates. Sorti en mars 2012 outre-Atlantique, Dark Eyes, le premier album du trio folk montréalais, n’est pas encore disponible en France. Mais que veux-tu, je me voyais mal faire l’impasse sur un tel bijou. Un premier opus fabuleux, un magnifique voyage à savourer les yeux fermés, rien que d’y penser j’en ai des frissons et le cœur serré. Des titres passionnés comme « Full Circle », « Give Up » (qui n’est pas sans rappeler les plus beaux titres de Radiohead) ou l’enivrant « Drug You » feront fondre toute personne qui se risquera à les écouter, j’en suis certaine. Vus rapidement en 1ère partie de Patrick Watson fin octobre, je n’ai qu’une hâte : les revoir pour un LONG set en 2013.

Following Sea par dEUS

La surprise.

Surprise dans le sens où les belges de dEUS ont révélé la sortie de Following Sea quelques mois à peine après celle de leur précédent album Keep You Close. Apparemment composé d’une dizaine de titres que le groupe ne souhaitait pas perdre, Following Sea se défend parfaitement bien pour un opus qui semblait faire office de recueil de faces B. Un album équilibré, sexy et élégant, largement à la hauteur des précédents. Il suffit d’écouter le grandiose « Quatre Mains » ouvrant la galette (chanté en français, SVP) pour s’en rendre compte.

Blunderbuss par Jack White

L’élégant.

On ne présente plus le dieu Jack White hein. Après avoir démontré son immense talent à travers diverses formations, en l’occurrence The Raconteurs, The White Stripes ou encore The Dead Weather, ces dernières années, le voilà de retour en 2012 avec un premier album solo, 100% de sa patte, véritable chef d’œuvre aux sonorités blues-rock. Blunderbuss incarne l’élégance musicale absolue, bref un must-have dans ton iPod.

Miaow par Kursed

La découverte.

Découverte car Kursed est le seul « jeune » groupe de ce top (au passage, encore merci à indiemusic pour la découverte !). En fait, fraîchement sorti en novembre dernier, Miaow est déjà le deuxième album des trois montpelliérains. Après Like A Coffee, un premier opus grunge sorti deux ans plus tôt, on sent que pour le deuxième jet, le trio a clairement passé la vitesse supérieure. Plus nuancé que son prédécesseur, Miaow est un concentré de rock’n roll. Et du très bon, chaque mélodie accroche l’oreille immédiatement. Clairement influencés par le son british des Arctic Monkeys (on notera la jolie similitude avec la voix d’Alex Turner sur certains titres), les Kursed proposent un album à la maturité frappante, cohérent et hyper fluide à l’écoute. Bref, je compte bien t’en reparler ici très vite.

Faders Up 2 par Triggerfinger

Le live ou le sexy, t’as le choix.

Découvert lors du festival Solidays 2012, le trio belge Triggerfinger a la particularité de produire un rock stoner efficace et mélodique comme on en fait peu. Pourtant, la première fois que je les ai entendus, leur son ne m’a pas paru très mélodique, et encore moins accessible (bouchons carrément obligatoires en live, les amis). Mais je me trompais. A la réécoute, quel délice ! Sorti en mai dernier ( je profite d’une certaine confusion des sources à ce sujet), Faders Up 2 est le dernier opus en date des belges. Un live qui regorge de pépites issues de leurs divers albums, toutes plus sexy les unes que les autres. Et la voix sensuelle de Ruben… Humm.

Foule Monstre par Eiffel

La révélation.

J’avoue, Foule Monstre m’a révélé Eiffel. Bon ok, je connaissais quand même ce pilier du rock français avant, mais franchement, je ne m’y étais jamais intéressée au-delà de quelques titres connus comme « Tu vois loin » ou « A Tout Moment La Rue ». Avec l’arrivée de ce nouvel opus annoncé comme très prometteur, j’y ai enfin prêté une (vraie) oreille. Et sans regret ! A travers cet album (et, à ce jour, deux concerts mémorables), j’ai découvert un groupe avec une véritable personnalité, bien loin de la pâle copie d’un ex-Noir Désir, comme aiment à le clamer certains. Foule Monstre est un très bel album aux textes percutants, j’aime la sincérité qui s’en dégage. Et le featuring de la délicieuse Phoebe Killdeer sur « Chaos of Myself » : divin.

With Us Until You’re Dead par Archive

La confirmation.

Cherche pas, Archive sera partout dans mes tops 2012. Les anglais m’ont bluffé avec ce nouvel album sombre, mêlant douceur et violence à la perfection, à l’instar du titre « Twisting » que j’ai cité dans mon précédent top. Nouvelle recrue, la jolie blonde Holly Martin apporte un atout (vocal hein) incontestable à la formation, d’ailleurs le choix des singles « Hatchet » et « Violently » n’est certainement pas le fruit du hasard. En toute franchise, Archive est un groupe que j’écoute peu par rapport à d’autres de cette liste mais With Us Until You’re Dead mérite amplement sa place ici tellement mon plaisir reste intact à chaque écoute.

Forever I Can Purr par The Dodoz

L’imparable.

Alors là, j’ai longuement hésité. En compet’ pour la place de l’album imparable 2012, trois ex-aequo : deux super frais, Be Your Own King de Concrete Knives et Entropology de School Is Cool, contre un nettement plus rock, Forever I Can Purr de The Dodoz. C’est finalement vers ce dernier qu’ira mon choix, sans doute pour son côté rock justement. Après m’avoir laissée bien perplexe lors d’un concert où ils assuraient la 1ère partie de Hole il y a deux ans, les Toulousains m’ont enfin convaincue – sur album d’abord et sur scène ensuite – avec Forever I Can Purr, un deuxième opus très réussi, que j’ai eu le plus grand mal à déscotcher de mes oreilles après plusieurs semaines d’écoute intensive. L’argument ? Du rock fait comme je l’aime : brut et imparable.

An Awesome WaveAlt-J

L’incontournable.

Inutile de présenter cet album, star incontestée de tous les grands tops 2012. Je me voyais mal ne pas l’intégrer au mien vu le nombre de fois où je l’ai écouté, voire même conseillé. Car oui, le quatuor anglais a réussi un quatorze titres impeccable, un joli cocktail d’influences musicales pour un résultat hyper stylé et apaisant. A peine six mois après sa sortie, An Awesome Wave a gagné les faveurs internationales grâce à son potentiel tubesque hors du commun (a minima la moitié de l’album, sachant qu’il y a trois interludes…), chose assez rare, surtout pour un premier album. Son secret ? C’est LA galette susceptible de plaire à tout le monde. Alors si tu fais encore partie du cercle d’ovnis à avoir résisté au phénomène, empresse-toi de tester, tu vas adorer.

 

Share Button

2 Responses to “Le Top Albums 2012 de la rédaction”


  1. Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function ereg() in /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-content/themes/bueno/includes/theme-comments.php:66 Stack trace: #0 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-content/themes/bueno/includes/theme-comments.php(20): the_commenter_link() #1 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-walker-comment.php(179): custom_comment(Object(WP_Comment), Array, 1) #2 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-wp-walker.php(145): Walker_Comment->start_el('', Object(WP_Comment), 1, Array) #3 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-walker-comment.php(139): Walker->display_element(Object(WP_Comment), Array, '5', 0, Array, '') #4 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-wp-walker.php(387): Walker_Comment->display_element(Object(WP_Comment), Array, '5', 0, Array, '') #5 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/comment-template.php(2174): Walker->paged_walk(Array, '5', 0, 0, Array) # in /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-content/themes/bueno/includes/theme-comments.php on line 66