Le Top Concerts 2012 de la rédaction

4 Jan

zyblynn

Voilà ma rubrique préférée. Quand j’écoute des chansons en version studio, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer ce qu’elles pourraient rendre sur scène, et quand un artiste me plait vraiment, je me retrouve rapidement sur youtube à chercher des vidéos live, qui permettent souvent de déduire pas mal de choses quand à la présence scénique de l’intéressé. J’avoue même que, si un artiste que j’apprécie fait peu de concerts, je vais avoir tendance à en délaisser l’écoute. Pour moi, il est important que l’écoute intensive d’un album ou d’un EP débouche sur une rencontre live. Autant dire que j’ai eu quand même un bon nombre de frustrations à ce niveau-là cette année, si bien que je suis passée maître dans l’art de vivre les concerts par procuration, ça ne remplace pas la vraie rencontre (et c’est tant mieux, sinon, plus personne n’irait voir les artistes sur scène), mais avec un peu d’imagination, on peut quand même passer de bons moments.

Même s’il a été difficile de départager les quatre premiers noms de cette catégorie, je n’ai toujours pas pu me résoudre à utiliser l’ordre alphabétique, d’autant plus que mes quatre préférés auraient été relégués en fin de classement, et ce n’était tout simplement pas envisageable.

Vegas aux Francofolies de Spa

Vegas a gagné la première place de ce classement, tout simplement parce que je ne l’attendais pas vraiment et qu’il a réussi à m’aspirer vers la scène comme personne cette année. Pour revivre cet instant de folie avec moi, c’est ici. Revoir Vegas sur scène sera ma priorité lors de mon retour en Belgique l’été prochain.

Stuck In The Sound au Big Band Cafe à Herouville-Saint-Clair (Caen)

Stuck est la preuve irréfutable que la vidéo ne remplace pas le vrai live. J’avais regardé plusieurs retransmissions intégrales de leurs concerts, et je n’ai quand même pas réussi à anticiper la grosse claque que je me suis prise en pleine figure ce jour-là. Pour les détails de ce moment inoubliable, c’est.

Soma à La Luciole à Alençon

Si j’ai assisté à ce concert, c’est à la suite d’une succession d’évènements qui se sont trop bien enchaînés pour que ce soit dû au hasard. Oui, je suis convaincue que quelque chose m’a conduit vers ce groupe, je DEVAIS les rencontrer ce jour-là. Et surtout, je DOIS à nouveau les croiser en 2013, question de survie. Et voici le live-report détaillé.

What About Penguins au Festival Artchikult au Café A à Paris 10e

Une petite salle, quelques dizaines de personnes, je suis assise sur une chaise (c’est bizarre un concert assis) tout ça pour être aux premières loges. Le groupe arrive, envoie un max d’énergie, t’en met plein la vue par sa présence scénique, et je ne te parle pas de la voix d’Alexandre qui juste hyper-joliment-indescriptible et rend presque mieux en live que sur CD. 45 minutes, le groupe quitte la scène et te laisse scotché sur ta chaise avant que tu aies eu le temps de comprendre ce qui vient de se passer. What About Penguins sur scène, c’est comme ça, tout simplement délicieux.crédit pour cette vidéo: Chacaloute.

Alexis HK au Forum de Falaise.

Pour moi, ce concert fut la grosse surprise 2012. J’avais découvert Alexis HK avec Renan Luce et Benoit Doremus lors de la tournée seuls à trois fin 2011, j’aimais bien son attitude sur scène, mais je n’aurais jamais imaginé que ce concert figurerait dans mon top 5. Il est entouré de musiciens incroyables, tous multi-instrumentistes, qui posent une ambiance en accord total avec l’univers de l’artiste. Le plaisir est intense tout au long du concert, tant par les interprétations magistrale d’Alexis et son humour subtil entre les chansons (et souvent à l’intérieur même de celle-ci), que par le jeu de scène, le talent et la bonne-humeur palpable de l’équipe qui l’accompagne. La tournée se prolonge en 2013, nous, on remet ça en février, je ne peux que te conseiller de surveiller son passage près de chez toi, ce serait vraiment dommage de passer à côté d’une si belle rencontre.

Pour les 5 concerts suivants, je serai beaucoup plus concise:

Il y a eu Arid qui m’a arraché quelques larmes, Hyphen Hyphen qui m’a embarqué dans son univers incroyable, Skip The Use qui te réveillerait même les papys les plus flétris, Dan San qui transmet une sorte d’énergie bienfaisante sur scène, GiedRé qui m’a fait pisser debout euh…pleurer de rire, Benoit Doremus dont je reprends l’intégralité du répertoire par coeur dès les premières notes.

Oups, ça fait 11 en tout…tant pis, je n’ai pas pu faire moins…et c’est là que je me rends compte du calvaire qu’ont dû endurer Chacaloute et Dumdumgirl pour faire leur choix, elles qui ont vu environ 10 fois plus de concerts que moi.

 

Dumdumgirl

Cette année aura été assez inégale en terme de fréquence de concerts, la faute à un concours qu’il m’a fallu préparer et aux changements professionnels qui en ont découlé, mais entre avril et juillet, j’en aurai vu environ deux par semaine, ce qui fait quand même une bonne moyenne sur l’année ! Je me rends compte que dans ce top je ne fais pas honneur à tous les jeunes groupes français que j’ai découverts cette année, je le regrette, mais dix concerts, c’est peu et c’est vrai que j’ai eu l’occasion de voir de gros noms qui se sont montrés à la hauteur de ce que j’en attendais.

Emilie Simon à la Salle Pleyel

Une salle magnifique pour un concert qui ne le fut pas moins. Cette soirée était découpée en deux parties : dans la première, Emilie Simon chantait quelques uns de ses meilleurs titres, issus de ces trois premiers albums, réarrangés pour l’occasion dans des versions plus organiques, dans la seconde, nous avons eu droit à l’intégralité de l’album Franky Knight, sorti fin 2011, composé en hommage à son compagnon décédé et qui a servi de bande-originale au film La Délicatesse. Déjà sur disque, j’avais déjà beaucoup de mal à l’écouter sans pleurer (si bien qu’au bout d’un moment j’avais purement et simplement pris la décision d’arrêter de l’écouter), alors en live…si j’avais déjà eu l’occasion d’avoir les yeux un peu humides lors d’un concert, c’est la première fois que j’ai vraiment pleuré, pendant quasiment l’intégralité de cette deuxième partie. Plus qu’un concert, un moment d’émotion pure, unique, car comme l’a dit Emilie, c’était la première et probablement la dernière fois qu’elle jouait cet album sur scène. Un extrait à regarder ici.

Garbage à l’Olympia

Si j’ai vu Garbage à quatre reprises cette année, ça n’a pas été difficile de décider quelle date j’allais retenir dans ce top : forcément celle de l’Olympia où je voyais pour la première fois de ma vie mes idoles d’adolescence. Ce qui a rendu ce concert encore plus inoubliable, c’était de pouvoir le partager avec mon amoureux. Bref, comme je l’ai souvent dit sur le blog, malgré cette longue attente, je n’ai pas été du tout déçue par leur prestation live, ils en imposent toujours autant.

crédit pour cette vidéo: Chacaloute

Bat For Lashes au Trianon

Je n’avais encore jamais eu l’occasion de voir la belle Natasha Khan sur scène. Au moment d’y aller, ma motivation n’était plus vraiment au top, la faute à un nouvel album que j’avais sur le coup trouvé un peu quelconque (à tort). Et puis Natasha a commencé à chanter. Toute de blanc vêtue telle une vestale, ce petit bout de femme chante magnifiquement bien et sourit tout le temps. Un concert solaire.

Band Of Horses au Trianon

A chaque fois c’est un groupe que j’ai vraiment beaucoup de plaisir à voir sur scène, même si leur dernier album m’a déçue. J’aime la voix de Ben Bridwell, le chanteur, la complicité des membres du groupe, leur générosité, leurs barbes… Je garderai longtemps en mémoire cette version acoustique de « No One’s Gonna Love You « , une chanson spéciale à mes yeux.

Beach House au Trianon

Après deux dates manquées cette année, je n’ai pas loupé le coche pour la troisième. J’en ai déjà beaucoup parlé dans les catégories précédentes, donc je pense qu’il est clair pour tout le monde que j’adore la musique de ce groupe. Celle-ci étant d’un genre plutôt statique, j’avais un petit peu peur de me faire chier en live, fort heureusement ça n’a pas été le cas. Mon live-report complet de ce concert à lire ici.

Miles Kane à Solidays

Miles, c’est mon chouchou, ses déhanchés et ses « whaouuu » me rendent toute chose, je l’avoue. Après avoir été dans l’ombre (The Rascals, The Last Shadow Puppets), il explose enfin en solo, et c’est amplement mérité. Très, très hâte d’entendre le successeur de Colour Of The Trap, en espérant que « Woman’s Touch », un des inédits qu’il a joué lors de ces concerts français 2012, soit dessus.

Keane au Casino de Paris

J’aime beaucoup ce groupe dont les chansons très mélodiques m’émeuvent toujours au plus haut point. Là aussi j’ai versé pas mal de larmes.

The Subways à l’Alhambra

Ce fut mon premier concert de l’année 2012. Ce soir-là je n’étais vraiment pas de bonne humeur. Mais dès les premières notes, ma colère a disparu. The Subways c’est ça : un groupe avec une joie de vivre et une énergie très communicatives. J’ai juste eu un peu la trouille lorsque Billy a grimpé sur la rambarde pour s’élancer dans la fosse. Eh oui, ils sont dingues ces anglais, mais c’est aussi pour ça que je les aime.

Hyphen Hyphen à Rock en Seine

C’est le groupe que j’ai le plus vu en live cette année (8 fois). J’ai donc eu l’occasion d’en parler en long, en large et en travers sur le blog. Difficile de choisir une date plutôt qu’une autre mais puisqu’il le fallait, j’ai choisi Rock en Seine, car les voir à l’affiche de ce festival était quand même une reconnaissance de leur talent et ils se sont clairement détachés parmi une programmation en demie-teinte. Attention, sache que lorsque tu vois Hyphen Hyphen une fois en concert, tu ne peux plus t’en passer !

Stuck in the Sound au Bus Palladium

Deuxième groupe le plus vu en live cette année, à six reprises, et mon dernier concert de l’année. Ce soir-là dans cette petite salle ils étaient comme à la maison et nous ont fait bouger et rire aussi. Pour moi c’est LE groupe rock français qui ne te déçoit jamais. A voir impérativement !

chacaloute

Ceux qui me connaissent bien devineront à quel point j’ai galéré pour faire ce top. J’aurais quand même vu plus d’une centaine d’artistes en live cette année alors je te laisse imaginer les duels sympathiques avec moi-même pour réduire la liste à 10. Alors voilà, ce top 10 rassemble les prestations qui m’ont le plus marquée (pas mal de premières fois en fait), un concentré de mes meilleurs souvenirs live de 2012. D’ailleurs, belle surprise de compter 5 groupes français parmi cette dizaine.

Radiohead à Bercy

La place de numéro 1 revient sans conteste à Radiohead. Ce 11 octobre 2012 marquera ma première expérience live avec ce groupe mythique. Un concert d’une intensité incroyable, d’une beauté à pleurer. Une première fois que je n’oublierais sans doute jamais, d’ailleurs son simple souvenir me colle des frissons. Pour plus de détails croustillants, tu peux lire mon live-report ici. Et pour le plaisir, je te remets une sublime vidéo de agadsa filmé ce soir-là :

Archive au Zénith de Paris

Après leur final magistral à Rock en Seine 2011 avec un orchestre symphonique, je m’attendais à un grand concert d’Archive étant donné la qualité de leur nouvel album. Eh bien, les anglais ont dépassé mes attentes. Quelques titres et j’étais déjà captivée par l’univers d’émotions à la fois douces et violentes qui les caractérise. Une setlist parfaite, un public parisien conquis. 2h d’abandon total, du pur délice. Extrait en images et pour plus de détails, tu peux lire aussi le très bon live-report de FloorTom sur leur date à Bruxelles ici.

Stuck in the Sound au festival Au Pont du Rock

J’aurais vu Stuck in the Sound 8 fois cette année à l’occasion de la tournée pour leur nouvel album Pursuit. Oui bah, c’est bien connu quand on aime, on ne compte pas. Parmi ces huit prestations (évidemment, toutes aussi bonnes les unes que les autres), je retiens particulièrement celle du festival breton Au Pont du Rock cet été. Véritables bêtes de scène, les Stuck sont connus pour « foutre le bordel » partout où ils passent. Eh bien, ce soir-là, les 10 000 festivaliers du samedi ont répondu présents à l’appel du groupe pour un gros lâchage général dans la prairie de Malestroit. Sincèrement, je ne me suis jamais autant éclatée à un concert (dans tous les sens du terme, vu l’état de mes côtes le lendemain…), tu sais, ce genre de moment incroyable où tout ce qui compte c’est kiffer, chanter et danser. Gros son. Gros public. Grosse ambiance. Ilustration filmée depuis le champ de bataille (attention, ça tangue) et si tu cherches le live-report complet, c’est .

Foals à La Maroquinerie

Foals est de retour avec un nouvel album Holy Fire, prévu pour février 2013. Pour l’occasion, les anglais avaient décidé d’investir la Maroquinerie en décembre dernier pour une date surprise, sorte d’avant-première, évidemment archi-sold out. OMG quelle perf ! Une setlist bien équilibrée, un concert d’une puissance phénoménale, à la limite du spectaculaire avec quelques cascades depuis les enceintes et des slams à gogo. J’avoue ne jamais avoir vu la Maroquinerie (ni aucune autre salle parisienne d’ailleurs) entrer dans un tel état de transe aussi rapidement. Rien qu’avec les quatre nouveaux titres que j’ai pu entendre ce soir-là (un extrait d’« Inhaler » ci-dessous), je sais déjà que le groupe figurera dans mon top album 2013. En attendant, RDV le 25 mars à l’Olympia.

Amanda Palmer and the GTO à La Maroquinerie

La très très bonne surprise de ce top. Avant d’aller à ce concert, je ne connaissais rien d’Amanda Palmer, si ce n’est qu’elle semblait être un sacré personnage. Eh bien, Amanda Palmer est bien plus que ça, c’est une artiste entière, d’une générosité rare, le genre qui ose tout. Et, tout ce qu’elle entreprend est génial. Josh Homme au féminin quoi. Ce soir-là à la Maroquinerie, Amanda Palmer aura particulièrement démontré l’ampleur de son talent. Avec une voix proche de l’extinction (et probablement un mal de gorge carabiné), elle a tout de même assuré son concert, en s’appuyant à fond sur le public : pancartes avec les paroles, invitations à chanter sur scène avec elle, etc. Bref, un concert ultra participatif, fou et plein de surprises. D’ailleurs, une chouette vidéo sur cette soirée a été publiée sur le YT officiel de l’artiste, je te la mets ci-dessous. Pour tous les détails, tu peux lire le joli live-report de Caïpirinou ici. Par contre, pour revoir Amanda sur scène, il faudra patienter un peu, sa tournée européenne 2013 ayant été annulée dernièrement pour des raisons personnelles.

Hyphen Hyphen au Batofar

Je ne remercierai jamais assez Dumdumgirl de m’avoir motivée ce soir pluvieux d’avril 2012 pour aller voir Hyphen Hyphen. Un tout premier concert qui marquera le début d’une longue série. Un concert juste HALLUCINANT. Ce soir-là, dans la cale moite du Batofar, le cocktail électro-pop explosif du quatuor a complètement conquis l’assemblée, entraînant rapidement une ambiance hyper festive (regarde !). Nombreux sont ceux qui sont même repartis couverts d’étranges peintures tribales, symboles de la Wild Union créée autour du phénomène niçois. Au contact d’Hyphen Hyphen, tu danseras sans même t’en rendre compte. Smile garanti à la sortie. On parie ? Quelques dates au programme en 2013 alors ne les rate pas !

Blackfeet Revolution au Divan du Monde

Deuxième groupe que j’aurais le plus vu en live cette année (à 7 reprises pour être exacte). J’ai choisi leur dernière date de l’année, à savoir celle au festival Oui FM Bring the Noise fin décembre, car j’ai trouvé la prestation du duo guitare/batterie particulièrement impressionnante, bien plus puissante que les précédentes, pour le plus grand plaisir du public présent au Divan du Monde, visiblement très friant de pogo. Et ce plaisir était partagé, à en voir les sourires complices de Benoît et Fred sur scène ce soir-là. Alors si tu aimes le gros rock qui envoie, dépêche-toi de découvrir Blackfeet Revolution, tu vas adorer leur son et l’énergie que le duo dégage en live. D’ailleurs, on les a rencontrés dernièrement, tu peux revoir l’interview ici.

Sarah W. Papsun à La Gaîté Lyrique

J’aurais pu citer la dernière date surprise des Sarah W. Papsun au Bus Palladium en novembre dernier mais j’ai particulièrement aimé leur prestation à la Gaîté Lyrique où ils ouvraient la soirée avant Breton. Ils n’ont rien à envier aux anglais d’ailleurs : les six parisiens sont de vraies bêtes de scène. On sent bien que chaque titre est savamment étudié pour rendre un maximum de puissance en live, le tout renforcé par un jeu d’éclairages fabuleux. En plus, le groupe est connu pour enchaîner ses morceaux sans aucun temps mort, maintenant ainsi une intensité incroyable (et je ne te parle pas de leur guitariste cascadeur…), si bien qu’on n’a aucune envie que ça s’arrête. A voir et revoir sans modération, ce qui tombe plutôt bien car les Papsun devraient sortir leur premier album en 2013.

Patrick Watson au Trianon

J’aurais attendu près de huit mois avant de voir enfin Patrick Watson sur scène, après avoir raté son passage au Cabaret Sauvage au printemps dernier. Mais ça valait le coup ! Le québécois et ses incroyables musiciens proposent un voyage d’une beauté absolue, des aventures musicales mêlant grandes chevauchées et moments intimistes. Véritable génie de l’émotion, Patrick Watson te fait constamment passer du rire aux larmes : non seulement sa voix est à couper le souffle, mais sa personnalité est vraiment drôle et touchante. Un Trianon absolument parfait, une expérience magique (un extrait ici). A noter ce même soir, la découverte en live du talentueux trio montréalais Half Moon Run dont tu entendras parler en 2013, je te le garantis.

SOMA à La Maroquinerie

Belle leçon d’énergie et de générosité offerte par le quatuor marseillais ce soir-là à la Maroquinerie. Zyblynn m’avait prévenue, bah j’ai tout de même pris la claque SOMA de plein fouet. Pas le temps de respirer : les mecs ont enchaîné une setlist de titres musclés et entraînants avec une présence scénique assez bluffante. A noter, leur aptitude toute particulière à créer une ambiance chaleureuse, chose rare dans la capitale. C’était hyper cool les gars, on remet ça quand ? Pour un retour complet sur cette soirée, clique ici.

Share Button

3 Responses to “Le Top Concerts 2012 de la rédaction”


  1. Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function ereg() in /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-content/themes/bueno/includes/theme-comments.php:66 Stack trace: #0 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-content/themes/bueno/includes/theme-comments.php(20): the_commenter_link() #1 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-walker-comment.php(179): custom_comment(Object(WP_Comment), Array, 1) #2 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-wp-walker.php(145): Walker_Comment->start_el('', Object(WP_Comment), 1, Array) #3 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-walker-comment.php(139): Walker->display_element(Object(WP_Comment), Array, '5', 0, Array, '') #4 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/class-wp-walker.php(387): Walker_Comment->display_element(Object(WP_Comment), Array, '5', 0, Array, '') #5 /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-includes/comment-template.php(2174): Walker->paged_walk(Array, '5', 0, 0, Array) # in /homepages/1/d419662061/htdocs/app419729548/wp-content/themes/bueno/includes/theme-comments.php on line 66