Le Top EP 2012 de la rédaction

31 Déc

Zyblynn

J’ai passé pas mal de temps à découvrir des jeunes groupes cette année, et, force est de constater que j’ai écouté bien plus d’EP  que d’albums, le tri fut donc un peu plus difficile à réaliser dans cette catégorie.

 

EP par Over Me

Aucune hésitation, cependant, pour les deux premiers, que je n’ai pas vraiment réussi à départager. Si bien que j’ai même décidé de les présenter conjointement, d’autant que j’ai déjà parlé d’Over Me ici et de What About Penguins . Ces deux groupes sont ce que j’appelle des purs coups de coeur: de ces soirées où tu ne sais pas trop quoi écouter et tu cliques un peu sur tout ce qui passe, rien ne t’émeut jusqu’au moment où…un son se démarque des autres par sa capacité à accrocher les émotions enfuies tout au fond de toi.

Clouds par What About Penguins

Ces deux EP, je les consomme de manière intense et introspective, la plupart du temps, avec mes écouteur, et dans un environnement calme, comme s’il était essentiel de ne pas en perdre le moindre détail et je porte une grande attention aux paroles, ce que je fais rarement pour les chansons en anglais. Deux EP à écouter avec attention, donc, tant il y a de jolis détails à l’intérieur.

 

Blackfeet Revolution par Blackfeet Revolution

Blackfeet Revolution fait partie des groupes qui ont particulièrement marqué mon année 2012. Leur deuxième EP a été enregistré dans des conditions proches du live et rend un son très brut qui permet aisément d’anticiper la grosse claque que tu risques de recevoir lorsqu’ils sont sur scène. J’espère avoir le plaisir de les citer dans la rubrique concerts en 2013, car il me tarde de pouvoir apprécier leur présence scénique autrement qu’au travers de vidéos live de Chacaloute.

(Si tu veux tout savoir sur ce groupe, Chacaloute et Dumdumgirl les ont rencontrés, c’est )

DARKO EP par Darko

Un nom et une pochette qui se veulent, probablement volontairement, très sombre. A l’écoute de cet EP, le mot « sobre » me vient à l’esprit plus souvent que « sombre »; s’il y plane ambiance principalement pesante, une écoute approfondie permet de déceler de la douceur à travers les choeurs et une certaine fragilité dans la voix (Le ressens-tu, ce tremblement presque imperceptible, mais tellement palpable une fois que tu l’as découvert?)

Should We Write A Single? par I love my neighbours

Bon, j’avoue que ce n’est pas la pochette qui m’a donné envie d’écouter cet EP, je la trouve d’un mauvais goût absolu. Mais de la même façon que, parfois, tu cliques sur une pochette jolie pour découvrir de la musique de mauvais goût, derrière cette image se cache du très bon rock auquel la voix androgyne de Jeremy Barlozzo (qui est aussi le chanteur du duo AVA ) donne une couleur particulière.

Comme le tri a été un peu difficile pour cette catégorie, j’élargis mon choix à  5 EP supplémentaires que je te recommande de découvrir également sans tarder:

Shoshana : Un groupe Rock israélien qui mêle douce voix féminine et guitare électrique énergique.

Blitz par Betty the nun : Du bon Rock venu de Bretagne.

Night Lights par Goldwave : Où se mêlent mélancolie et énergie, un EP qui prend une autre dimension sur scène. Jeune groupe originaire de Caen.

Wild Union par Hyphen Hyphen : Un style complètement inédit pour un groupe un peu déjanté qui, une fois sur scène, entraîne son public avec lui dans un univers captivant.

Common Paranoia par Ripcode : Un bon groupe de Rock belge (oui, encore de la musique belge…mais ce sont mes racines, n’oublie pas), l’EP est sorti en physique en novembre dernier et sera disponible prochainement sur le net, tu peux déjà écouter le premier extrait Able Archer sur Youtube .

 

Dumdumgirl

C’est vraiment cette année que j’ai commencé à m’intéresser aux jeunes groupes français, auto-produits pour la plupart. Je me suis alors rendue compte qu’ils étaient nombreux à avoir un gros potentiel, et je trouve ça très rageant qu’ils galèrent pour vivre de leur musique, alors que les majors produisent tant de merdes ! Voilà pourquoi, dans la liste qui va suivre, il y a 9 EP d’artistes français et donc mon top s’apparente un peu à un tour de France de la musique.

Wild Union par Hyphen Hyphen

Même si j’aime aussi beaucoup les groupes qui vont suivre, Hyphen Hyphen reste mes préférés. Avec cet EP, plus abouti que le 1er, qui bien que déjà très réussi, partait un peu dans tous les sens, le jeune groupe niçois nous bluffe par son style electro-pop-tribal puissant et original. Leur univers bien à eux et leurs prestations scéniques explosives font qu’ un jour, j’en suis convaincue, ils seront en haut de l’affiche.

Mon morceau préféré : Wild Patterns

Clouds par What About Penguins

Point de pingouins ici mais une pop originale faite de diverses influences, enrichie par le très joli timbre de voix d’Alexandre et  la présence d’un alto. Selon les morceaux, cet EP te fera alternativement pleurer et danser. Et si tu veux en savoir plus sur ce groupe parisien, tu peux aller regarder la vidéo de leur interview ici.

Mon morceau préféré : Lights & Facts

 

Blackfeet Revolution par Blackfeet Revolution

Les Blackfeet Revolution ont tout pour plaire : ils sont jeunes, beaux et ont frappé très fort avec ce deuxième EP, beaucoup plus rock n roll que le premier. Pour les amateurs de duo guitare-batterie et de son puissant, cet EP est bien évidemment chaudement recommandé. Aller les voir en concert aussi.

Mon morceau préféré : Frogs On Fire

 

Aline par Aline

De la pop en français qui sonne très 80’s avec des textes un peu naïfs qu’on a envie de chanter à tue-tête et des mélodies dansantes qui font mouche à chaque fois.  Un EP euphorisant et addictif qui annonce un très, très grand album (oui je triche, je l’ai déjà écouté  et je sais qu’il est génial).

Mon morceau préféré : Je Bois Et Puis Je Danse

 

 

Ticky Ticky par Owlle

La voix cristalline de la rousse flamboyante n’a pas tardé à faire fondre ma méfiance envers l’electro. Après avoir écouté cet EP, on peut dire que Owlle a bien fait de troquer la guitare contre l’omnichord. Dansant ou planant selon les morceaux, son univers ne pourra vous laisser indifférent.

Mon morceau préféré : Disorder

 

 

Kandle par Kandle

Cet EP est sorti l’an dernier au Canada, mais a été dispo chez nous seulement en 2012. Kandle nous propose un univers musical très intéressant et mature malgré son jeune âge : il s’agit d’un mélange de folk, de blues et de country, le tout dans une ambiance assez dark, excepté le dernier morceau, qui permet à cet EP de se finir sur une touche d’espoir.

Mon morceau préféré : Not Listening

 

Paper Child par Colours in the Street

Ce très jeune groupe originaire de Niort réussit un joli coup avec ce deuxième EP qui rivalise sans peine avec les meilleurs groupes electro-pop anglo-saxons, Two Doors Cinema Club en tête. Attention, une fois qu’on a commencé à écouter cet EP, on a du mal à s’arrêter !

Mon morceau préféré : Paper Child

 

 

Blitz par Betty The Nun

Comme chacun sait, le rock se porte très bien en Bretagne. Betty The Nun ne fera pas exception à la règle. Je suis toujours sur le cul quand je vois ces groupes de 18 ans de moyenne d’âge réussir à sortir des disques aussi réussis. Dès la première écoute, j’ai accroché sur ce rock très mélodique aux sonorités un peu rétro.

Mon morceau préféré : You Looked For It

 

Taxi par O Safari

Ok, donc les Bretons font du rock qui déchirent, mais ils se débrouillent aussi très bien en electro-pop. Les Rennais ont eux aussi surfé sur la vague 80’s qui a pas mal sévi cette année dans le territoire musical français, en choisissant de l’aborder sous l’angle du dance-floor, mais pas que, puisqu’on retrouve aussi sur cet EP des titres plus planants à écouter sous la couette, par exemple.

Mon morceau préféré : Télévision

 

Back Around par Elisa Jo

Le choix fut rude pour la dixième et dernière place, et je me suis dit « tiens si je mettais un peu de soul pour varier les plaisirs ? » Je suis tout de suite tombée sous le charme de la voix éraillée de cette très jeune artiste. Et en plus cet EP a été produit par Benjamin Biolay, que demander de plus ? Bah l’album, et il arrive bientôt ! (en mars)

 

 

 

Chacaloute

De 3 à 7 titres, l’EP est le support à la mode cette année (avec le vinyle bien sûr). A écumer les salles de concert, c’est fou ce qu’on en ramène de ces p’tites galettes. J’aime beaucoup ce format qui permet d’écouter rapidement des tas de choses différentes, de s’ouvrir à des styles musicaux dont on n’écouterait pas un album entier. D’ailleurs, si mon top album était très (pour ne pas dire complètement) orienté rock, mon top EP est nettement plus diversifié, avec de la bonne pop dedans.

Wounded par BRNS

Les belges de BRNS sont sans conteste mon coup de cœur 2012. Sorti en avril dernier, leur maxi EP 7 titres Wounded est un concentré de pépites. Aux côtés de l’imparable « Mexico », les autres titres de cet EP sont tout aussi brillants et démontrent une grande intelligence dans la construction du son. Éléments centraux, batterie et percussions se mêlent minutieusement aux autres instruments pour offrir des montées en puissance sauvages. Comme son nom l’indique, Wounded repose sur des paroles sombres, dissimulées derrière un son finalement assez enjoué. Complexe. Déroutant. Divin.

Blackfeet Revolution (EP2) par Blackfeet Revolution

Restons dans les gros coups de cœur. Si j’avais fait un top l’année dernière, le duo guitare/batterie Blackfeet Revolution aurait aisément décroché la première place. Ça tombe plutôt bien, puisque les deux acolytes sont de retour en cette fin 2012 avec un second EP éponyme très musclé, véritablement proche du live. Une nouvelle version de leur titre phare « Feel It Burn » suivi de quatre morceaux incroyables, tous plus puissants les uns que les autres. A découvrir d’urgence ! D’ailleurs, profites-en, on les a interviewés récemment. Tu peux revoir ça ici.

Wild Union par Hyphen Hyphen

Autre incontestable « chouchou » de cette année 2012 : Hyphen Hyphen. Véritables tornades scéniques, les quatre niçois ont repris la route cette année pour défendre leur second EP, Wild Union. On y retrouve le même son indescriptible que sur leur premier opus Chewbacca I’m Your Mother, sorte de décharge électro-pop-rock, mais envoyé de manière nettement plus précise et de fait, plus puissante. Alors un conseil : n’attend pas, Wild Union ça se savoure direct en live, tu vas halluciner je te le garantis.

Where Is My ID? par Laetitia Shériff

La surprise de ce top car je suis tombée sur cet EP un peu par hasard il y a seulement quelques semaines. Laetitia Shériff, une artiste découverte également par hasard, en allant voir Lisa Portelli en mai dernier au Café de la Danse. Seule sur scène avec sa guitare électrique, elle t’entraîne à travers des titres tortueux sur lesquels elle pose une voix sexy et énigmatique, de quoi te coller quelques beaux frissons crois-moi. Avec Where Is My ID?, j’ai retrouvé toute la sensation de ce live. Ce quatre titres est une merveille, sombre, oppressant mais tellement mélodique. Écoute donc le bijou « To Be Blue », impossible d’y résister.

Ticky Ticky par Owlle

Deuxième sortie toute fraîche de décembre ! J’avoue avoir été étonnée (pour ne pas dire un peu déçue) que la jolie rousse ne sorte qu’un trois titres. Mais on ne lui en voudra pas hein, car cet EP a beau être court, c’est une tuerie ! Owlle est connue et reconnue pour sa voix sublime. Eh bien, contrairement à d’autres qui auraient tout misé là-dessus (pour un rendu bien souvent très chiant), Owlle, elle, propose un vrai son. Une pop parsemée d’électro, hyper entraînante sur l’irrésistible « Ticky Ticky » ou plus planante sur le sublime « Disorder ». Le tout avec une classe façon Florence and the Machine. Bref, Owlle a tous les atouts d’une future grande.

Paper Child par Colours in the Street

On reste dans les sorties de ce fructueux mois de décembre avec l’EP des Niortais de Colours in the Street, que j’attendais vivement depuis la découverte l’été dernier d’Euphory, leur premier EP sorti en 2011. Et je n’ai pas été déçue, le (très très) jeune quatuor propose un très beau trois titres, plus abouti que son prédécesseur. Une pop absolument délicieuse : Paper Child c’est frais, ça file la pêche et surtout, ça reste en boucle dans la tête. On les attend de pied ferme à Paris pour les découvrir enfin en live !

A Quick Remedy par The Popopopops

Eh bien, j’en aurais mis du temps à écouter cet EP sorti en mai dernier ! Il m’aura fallu voir les Rennais sur scène à la rentrée pour succomber. Depuis ce fameux Café de la Danse (dont tu peux lire le retour de Dumdumgirl ici), j’adore me repasser leur EP, composé de cinq titres variés, stylés et entraînants… un rapide remède (ah ah) à la morosité. Même si la pop (rétro) reste le domaine de prédilection du quatuor, cet EP est un joli mélange d’influences (rock, funk, rap… !). Sur scène, ces mecs savent tout faire, une maturité musicale étonnante quand on connaît leur âge. Mon titre préféré : le puissant « R’n’R » (en voici un bel extrait vidéo live ici).

DARKO EP par Darko

A l’instar de son nom, Darko est un projet assez mystérieux, on trouve très peu d’infos sur ce groupe. Alors, merci aux Inrocks d’avoir mentionné ce nom dans un de leurs papiers en octobre dernier (à lire ici). Aussi mystérieux que sa musique d’ailleurs. Fraîchement mis en ligne courant décembre, le premier EP de Darko se compose de trois titres, qui mettent fortement l’eau à la bouche pour la suite. Le titre d’ouverture « WKNESS » est un pur chef d’œuvre (juste, regarde ça). Dans le style, je rapprocherai un peu cet EP de celui de Laetitia Shériff pour le côté voyage sombre et mystique. A suivre absolument !

Don’t Give Up The Ghost par Blue Box

Blue Box c’est l’association de quatre jeunes rockeurs du 7.8, qui nous offre un rock frais, simple mais carrément efficace. Sorti en mai dernier, Don’t Give Up The Ghost est le second EP du groupe. Ce cinq titres aux mélodies accrocheuses apporte une belle dose de fraîcheur et de bonne humeur, de quoi te séduire immédiatement j’en suis certaine.

 

Hi Cowboy par Hi Cowboy

Choix extrêmement difficile face à la liste qu’il me restait pour cette 10e place… Alors, j’ai opté pour l’originalité avec l’EP éponyme d’Hi Cowboy, duo de « Minimal French Pop » dont je t’avais déjà parlé dans un live-report ici. Quand je parlais de s’ouvrir à de nouveaux styles de musique, ce fut clairement mon cas à l’écoute de cet EP, sorti en novembre dernier. Basée sur la technique du sampling, la pop minimaliste des deux cowboys est légère et fraîche, je trouve qu’il s’en dégage même une certaine naïveté qui fait du bien. Les textes en français sont plutôt bien foutus (« Pourquoi pleurent les filles ? » parlera sans doute à certaines) et la voix de Syrile assez saisissante. Un cocktail auquel on prend vite goût, aussi bien à la maison qu’en live.

Share Button

No comments yet

Leave a Reply