Les Inrocks Lab – Open Mic @ L’écume de Nuits – Caen 23/01/2013

30 Jan

Un open mic, c’est quoi exactement? Eh bien, j’avoue que je m’y suis rendue sans vraiment savoir ce qui m’attendait. Bien sûr, j’avais compris qu’il y aurait bon nombre d’artistes et que chacun jouerait peu de temps, mais voici, précisément, comment ça se déroule: les artistes, les professionnels des Inrocks et le public amateur (dont je suis), se côtoient dans un café pas très grand où tout le monde est un peu serré comme des sardines. Pas vraiment de scène, ici: à côté du bar, une console de mixage son (avec un ingé son aux manettes, hein, soyons clairs…), deux pieds de micro, trois prises jack, et la possibilité de monter une demi batterie sans grosse caisse (mais il faut vraiment être  motivé parce qu’il y a très peu de place). Les animateurs un peu déjantés de cette soirée : Kim vêtu d’un tablier blanc (ben, oui, inrocks LAB, d’où le tablier de laboratoire) et Victorine qui a quelques airs de Valérie Lemercier, ont pour mission d’appeler les artistes à tour de rôle, je précise que ces derniers ne connaissent pas leur ordre de passage et que chacun interprète, au maximum, deux chansons. Je trouve ce concept hyper-intéressant, car je pense qu’il faut avoir de grandes qualités scéniques pour être capable de capter l’attention du public dans de telles conditions, et moi, les groupes de scène, j’aime bien ça. J’ai, une nouvelle fois, dépassé mon appréhension du premier rang pour pouvoir prendre des photos et vidéos sans avoir des têtes dans le chemin. Je vais finir par m’habituer à avoir le nez sur les artistes, mais là, je manquais quand même un peu de recul pour les images.

La soirée commence avec Brentspar. Pas forcément évident d’être la première à se lancer, et encore moins quand on est enrhumée. Cette jeune femme a un timbre de voix grave qui sonne assez joli. Elle a sorti un EP en mai 2012 que tu peux écouter sur Bandcamp.

 

 

 

 

 Je n’ai pas du tout accroché à la prestation de Quentin Roy, il a choisi d’interprété une des ses propres compositions qui ne m’a pas plu, et une reprise de Coldplay. Je ne trouve pas très judicieux de tenter une reprise à ce genre d’évènement, ou alors il aurait fallu le faire de manière hyper-personnelle, ou très originale, ce qui n’était pas vraiment le cas ici.

 

 

C’est là qu’intervient le groupe Capitol (qui s’appelait anciennement Buddies, et a changé de nom en septembre dernier) ma belle découverte de cette soirée. Bon, c’est sûr, leur ordre de passage jouait en leur faveur: en début de liste, et après un artiste que je n’avais pas aimé, ça aide. Mais il n’y a pas que ça: j’ai rapidement eu le sentiment d’une belle cohésion de groupe et je les ai sentis à l’aise sur scène. J’ai beaucoup aimé la première chanson qu’ils ont joué, même si un ennui technique les a visiblement perturbés (je n’ai pas trop compris le problème, j’adore la musique, mais je n’ai pas du tout l’oreille musicale, je sais, c’est moche…mais j’ai pris le pari d’écrire sur ce que je ressens ), je me suis donc décidée à filmer la deuxième pour en garder un petit souvenir. Ce titre, que tu peux découvrir ci-dessous, est tellement récent qu’il n’a pas encore de nom. Tu peux également écouter et acheter  l’EP qui est sorti en mai 2012 sous le nom de Buddies. (Je viens de me l’offrir, j’aime beaucoup, mais la différence de voix entre le live et les enregistrements est assez surprenante). J’avoue que, depuis mercredi passé, je boucle surtout sur la chanson que j’ai filmée, il y a donc bien eu une petite étincelle. J’espère pouvoir les revoir prochainement en concert, afin d’affiner mon appréciation de leurs qualités scéniques.

On passe dans le registre chanson française avec Glenn Nicolle qui nous a offert deux titres dont les thèmes n’ont pas manqué de me faire sourire « Ils embauchent sur la lune » et « L’agenda », le premier raconte l’histoire d’un rêveur qui voudrait bosser sur la lune, puisqu’il y est depuis tout petit et l’autre parle d’une fille qui organise et prévoit sa vie dans les moindres détails…bon, et bien, j’avoue que les deux sujets me correspondent assez bien et les paroles m’ont bien fait sourire. Deux chansons, dont  « L’agenda », sont en écoute sur  le site des InRocks Lab. Petite anecdote concernant cet artiste: sa guitare folk l’a lâché au moment de monter sur scène, et il a assuré sa prestation avec une guitare électrique prêtée par le bassiste du groupe You said strange, je voudrais souligner la sympathie de ce dernier qui a été le seul à se préoccuper du désarroi de son collègue d’un soir.

Je ne sais pas trop comment c’est arrivé, car je n’ai pas quitté mon poste de spectatrice assidue du premier rang, mais je suis plus ou moins passée à côté de la prestation de Plastic Riot. En farfouillant un peu dans ma mémoire, j’ai réussi à raviver un vague souvenir d’originalité, mais vraiment rien de précis. Le lendemain, je suis allée les écouter sur Bandcamp, et les titres que j’y ai trouvé sont plutôt bien sympathique, la voix un peu aiguë se pose bien sur leur musique plutôt teintée Rock, à vérifier sur scène dès que possible.

J’avais déjà croisé la route de Coeff au Normandy à Saint-Lô en décembre dernier et je n’avais pas voulu trop en parler, car je n’y connais vraiment rien en Rap. Eh bien, moi la première surprise, j’ai vraiment apprécié les retrouver, il te mettent une de ces ambiance en deux chansons, c’est juste hyper-agréable et euphorisant. Cette fois, je le dis, je retournerai les voir sur scène.

 A ce stade de la soirée, je commence à bien fatiguer, les temps de changements de plateau paraissent de moins en moins supportables, c’est vrai que 10 minutes de pause toutes les 10 minutes, c’est quand même un peu pénible. La raison principale pour laquelle je n’ai pas quitté les lieux est que j’attendais LYS avec impatience, et l’autre raison, c’est ce blog. Voilà You said strange (tu te souviens, le bassiste dévoué qui a dépatouillé Glenn Nicolle d’un guitare un peu plus tôt dans la soirée), ils sont tout jeunes et tout mignons, mais je n’ai pas vraiment accroché à leur musique, ils ont vraiment bien joué, mais j’ai trouvé leur prestation un peu trop propre, trop scolaire, bon, évidemment, moyenne d’âge, environ 16 ans, ils ont du temps devant eux pour progresser.

LYS est enfin appelé à joué. Comme moi, ils ont trouvé le temps un peu long, et doivent reprendre la route au plus vite, je peux comprendre, mais j’ai quand même fait la grimace quand ils ont annoncé qu’ils ne joueraient qu’un titre. Heureusement, l’équipe de konbini qui avait la charge d’immortaliser chaque prestation de cette soirée a eu la bonne idée de ne pas être présente lors de cette première chanson, ce qui nous en a valu une deuxième pour mon plus grand plaisir (et, j’espère, celui du public également). En deux mots, j’ai découvert LYS il y a quelques mois, et j’ai aussitôt été attirée par la voix et le charisme de Niko au chant, d’autres seraient plutôt charmés par Mathilde à la basse, j’imagine. Toujours est-il que la musique de ce groupe a le don de t’envelopper d’une ambiance aux sonorités bien personnelles. Je t’en reparlerais bientôt, puisque je vais les voir sur un nouvelle fois au printemps, pour un vrai concert, avec une scène, et plus de deux chansons. Les deux titres joués ce soir-là sont Wide awake et Falling Appart (ci-dessous) Tu peux retrouver le deuxième titre sur ma chaîne youtube .

C’est After Sex qui clôture la soirée, il s’agit d’un side project du chanteur de The Lanskies associé à deux musiciens de Kim Novak, je n’étais plus vraiment open, je ne me souviens pas trop bien de leur musique, pourtant, ils ont réussi à me redonner un peu d’énergie:  Lewis Ewans a quand même un certain don pour répandre la bonne humeur. D’après ce qu’ils nous ont expliqué, le groupe existe depuis 4 ans, ils n’ont pas encore enregistré grand chose, mais ils prévoient de sortir un EP courant 2013.

Mes préférences, à l’issue de cette soirée, vont donc à LYS qui y était pour beaucoup dans ma décision de faire le déplacement, Capitol la surprise, Glenn Nicolle qui m’a bien fait sourire et Coeff qui assure un max sur scène.

Les résultats des sélections du grand ouest sont tombés hier sur le site des Inrocks Lab: c’est Coefficient et After-Sex qui ont été qualifiés pour la session de Caen.

En tout cas, je conseille ce genre de soirée à tous les mélomanes qui aiment découvrir des artistes directement par la scène, car il y a de belles rencontres à y faire, à bon entendeur….

Share Button

No comments yet

Leave a Reply