[live-report] Pendentif, un bijou de la scène française !

18 Nov

©dumdumgirl

Pendentif fait partie de cette nouvelle vague de groupes français qui surfent sur une musique mélangeant pop et new wave, héritiers de la musique française des années 80 où les synthétiseurs ont une place égales aux guitares, et où les textes ne se prennent pas toujours au sérieux.
C’était à la Maroquinerie qu’ils jouaient ce 14 novembre, précédés du groupe The Pirouettes.
The Pirouettes, c’est un duo, Leo Bear Creek et Vickie Chérie, deux jeunes artistes pleins de fraicheur, jouant des morceaux de ‘French pop’, utilisant exclusivement des instruments électroniques.
Les titres sont évocateurs d’une musique fun et colorée, avec « le matin l’été indien » qui fait évidemment référence au titre de Joe Dassin, « Danser dans les boites de nuit », où notre tandem se déhanche sur une musique sautillante, scandant « J’ai jamais su dansé dans les boites de nuit ».
Lorsque le chanteur déclame « Je pense à mon chat qui dort à cette heure là », on pourrait penser que c’est une improvisation mais non c’est bien dans le texte, comme quoi ce groupe est surprenant, car même si l’on sait que la musique sera légère et dansante, les paroles arrivent à nous étonner, et c’est vraiment ça la magie de ce duo : derrière une image fantaisiste, il y a bien de la substance dans cette musique. On se dit parfois « WTF », et c’est ça qui est marrant. Pour moi, le morceau qui représente bien cet esprit était « Robocop » qui narre l’histoire du robot policier que l’on connait tous. En résumé, The Pirouettes étaient une bonne surprise !

DSC03185

©dumdumgirl

DSC03172

©dumdumgirl

Pendentif était attendu, car la salle s’était bien remplie entre temps, et l’ambiance était là dès la première chanson.
Evidemment, lorsque Cindy, la chanteuse, habillée d’une petite jupe en cuir a démarré en disant qu’elle nous aimait tous et qu’elle nous embrasserait tous, on ne peut que craquer, et l’énergie qui se de dégage des morceaux donne tout de suite envie de bouger!
Ce fut vraiment à la hauteur de l’album… Avec des compositions extrêmement travaillées et des sonorités novatrices, le passage au live me semblait un exercice périlleux. Il aurait été facile de perdre la sonorité si particulière qui fait l’originalité de ce groupe. Or, Pendentif s’en sort vraiment bien. Le son live est plus brut, forcément, mais la qualité de l’interprétation est extrêmement convaincante.
On voit que c’est un groupe qui grandit à vitesse grand V. Ce groupe originaire de Bordeaux, qui a sorti son premier EP il y a à peine 2 ans, a déjà l’étoffe d’un grand groupe français, et leur album, sorti en septembre, est plus que prometteur. Intitulé Mafia Douce, il comprend une douzaine de chansons au sonorités brit-pop, avec une french touch à base de synthés, et la voix de Cindy, tellement envoûtante. Les textes sont en français, les paroles sont légères, la musique est pétillante, on tient là un groupe qui rivalise avec n’importe quel groupe venu de l’autre côté de la Manche.
Parmi les morceaux de la soirée, c’est « Pendentif », titre éponyme du groupe, qui a lancé les hostilités, et animé la foule en quelques secondes. Mais aussi le très apprécié ‘Embrasse moi » pendant lequel Cindy a tenu sa promesse et est partie dans la foule embrasser les spectateurs (note pour ceux qui ne sont pas encore convaincus d’aller les voir, rien que ceci est une bonne raison).
Evidemment, « Jerricane » l’un de leurs premiers titres phares a également reçu un accueil enthousiaste.
Un des temps forts fut le morceau de Jérome Echenoz « Que vais-je en faire? », reprise absolument géniale qui transcende l’original.

Image de prévisualisation YouTube
DSC03201La reprise de Niagara « Tchiki boum » m’a rappelé que les années 80 ont marqué une empreinte forte dans notre culture musicale, car au delà des sonorités électroniques qui semblent un peu kitschs de nos jours, c’était une musique dont la composition était souvent recherchée, et à ce titre Pendentif est le digne héritier de cette tradition.

Bref un très bon concert. Mention bien à The Pirouettes qui est un groupe à surveiller. Et mention très bien à Pendentif qui a montré qu’en toute simplicité, ils savent mettre l’ambiance en concert !

Merci à Xavier Chezleprêtre de Attitude.

Share Button

Trackbacks and Pingbacks

  1. Le Top Concerts 2013 de la rédaction | My Wonderwall - 15 janvier 2014

    […] Pendentif à la Maroquinerie : Pendentif, j’avais déjà eu l’occasion de les voir deux fois en live. La première j’avais bien aimé, par contre la deuxième je m’étais ennuyée. Un partout, la balle au centre. Cette date à la Maroquinerie aura fini de me convaincre : de gros progrès pour les Bordelais qui ont désormais une belle présence scénique. Live-report à lire ici. […]

Leave a Reply