May Day – Somewhere To Be Found

17 Sep

Autant parfois je me dis que Twitter ça ne sert à rien, autant parfois je ne regrette pas d’y passer beaucoup de temps. Car parmi des dizaines de tweets inutiles, il arrive de tomber sur de petites merveilles. Ce fut le cas avec May Day. Initié en 2006 par Maud en tant que projet solo, May Day est désormais un duo suite à sa rencontre avec Julien, musicien et arrangeur de son état. Après un premier EP Meet My Love, sorti en mai 2011 défendu sur les scènes parisiennes et notamment à l’Olympia en première partie de Zazie, voici venu le moment du premier album.

J’ai d’abord été attirée par la pochette de cet album : la couleur lie de vin et le titre écrit façon broderie lui donnent des airs de livre ancien et un petit côté home-made chaleureux. Sobre mais attrayant. Je n’insisterai jamais assez sur le visuel d’un album : à une époque où l’on a une offre plus que pléthorique en matière de musique, un visuel soigné et original peut faire la différence. A la première écoute, la voix frappe, mélange de la douceur d’une Zazie (comme quoi…) et de la rugosité des chanteuses d’americana. D’ailleurs l’album, composé en majeure partie dans les transports et marqué par des tonalités folk, a tout du road trip. Mais on revient toujours de ses voyages, et Somewhere To Be Found, comme son nom l’indique, met en avant la notion de foyer et d’appartenance. Home, le premier single, en est la parfaite illustration. Ce choix de single paraît plus que judicieux, car en plus d’être le premier morceau de l’album à avoir été composé et à avoir initié la thématique du point d’ancrage, sa rythmique entraînante te reste dans la tête et te donne furieusement envie de bouger.

Si l’album est majoritairement composé de morceaux pop-folk (Home, Lullaby, Gone !, Wedding Day), on y trouve également de jolies ballades, notamment la bouleversante (mais un peu trop courte à mon goût) Broken Glass, où l’on retrouve au piano la talentueuse Ornette, déjà présente sur l’EP. Enfin, un petit côté rock du meilleur goût fait son apparition sur deux titres qui sont d’ailleurs mes préférés : Temper et Closer. Je m’attarderai davantage sur ce dernier car sa construction originale m’a tapé dans l’oreille dès la première écoute. Si le morceau débute de façon sombre et dépouillée, aux alentours de la deuxième minute, il prend un virage pop-disco inattendu pour continuer sur une envolée vocale de Maud de toute beauté et s’achever sur des sonorités rock. Bon, ok, présenté comme ça, ça fait sûrement bizarre et tu dois te demander à quoi ça peut ressembler, donc je te laisse écouter cet OVNI musical :

May Day – Somewhere to be Found – Closer

 

 

© Maëlle Hénaff

Avec Somewhere To Be Found, May Day réalise un premier album pop-folk cohérent qui a le mérite de proposer des ambiances très diversifiées, évitant ainsi la redondance et l’ennui. Un album qu’il me tarde de découvrir en live, où je soupçonne que la voix de Maud fait des merveilles. Personnellement, rendez-vous est pris pour le 13 octobre au Mizmiz Café.

L’album est disponible depuis aujourd’hui sur toutes les plate-formes de téléchargement habituelles. Pour la sortie physique, il faudra attendre le 8 octobre.

 

Share Button

No comments yet

Leave a Reply