Phyltre + 1984 + Colt Silvers @ La Maroquinerie – 07/03/2013

11 Mar

Jeudi dernier, tandis que The Lumineers enchantaient très certainement un Trianon archi complet, les amateurs de gros son s’étaient donné rendez-vous à la Maroquinerie qui accueillait Phyltre, 1984 et Colt Silvers. Trois noms à la jolie réputation, de l’énergie et du bon son, bref ça sentait la bonne soirée en perspective.

 

© dumdumgirl

© dumdumgirl

20h40. Phyltre ouvre le bal. Les quatre avignonnais affichent sans complexe un look sorti tout droit des 80’s et un son qui l’est tout autant. Bon, soyons honnête, après avoir bien tripé sur leur titre « Du Vide Online » y a un an environ, la sortie de leur nouvel EP Transferts en fin d’année dernière m’a laissée de marbre. Néanmoins, nombreux étaient ceux à vanter la qualité de leurs prestations scéniques donc bon, j’allais pas rester dans l’ignorance hein, c’était l’occas’ ou jamais de se faire un avis. Eh bien oui, il faut dire que sur scène, Phyltre en impose. Qu’on aime ou non les années 80, la nostalgie touche chacun d’entre nous et, dans ce domaine, Phyltre sait y faire. En lançant rapidement son tubesque « Wacko », le groupe sait que le public va adhérer. Comment tu veux résister ? C’est rétro à mort, hyper entraînant et, chose assez rare pour être mentionnée, les textes sont en français. Bref avant même de t’en rendre compte, t’es déjà en train de reprendre des bribes de refrain en secouant la tête au rythme de leurs synthés endiablés. Mais, au-delà de leur musique, ce qui m’a réellement convaincue, c’est l’énergie qu’ils dégagent. Les mecs vivent chaque titre tellement à fond qu’ils te donnent envie de participer. Un petit extrait de l’ambiance sur « Club R.I.P » :

Trois quarts d’heure complètement à bloc, pendant lesquels on profitera d’un excellent nouveau titre « Chassés Croisés » et de quelques jolis pas de danse frénétique de Sylvain, le chanteur. Car Phyltre, c’est aussi ça : un mélange de bonne humeur et de second degré.

 

© dumdumgirl

21h40. Le trio 1984 prend la relève. L’ambiance est tout autre : on passe de l’exubérance assumée des avignonnais à la mystérieuse sobriété des strasbourgeois. Au centre de la scène, une lumière bleutée et glacée éclaire une simple batterie pour seul et unique décor. 1984, c’est LE groupe que j’attendais de voir ce soir-là. Son premier album Influenza, fraîchement sorti le 20 février dernier sous le label indépendant Deaf Rock Records, fait indéniablement partie de mes gros coups de cœur de ce début d’année. Fierté donc d’être là pour leur première date parisienne, sorte de présentation live de cet album. Et le groupe ne va pas traîner à montrer ce qu’il sait faire en ouvrant son set avec son premier single « Maze ». Ça sonne bien. Très bien même. C’est maîtrisé, mature, solide. Très peu de mouvement sur scène, on est loin de la présence scénique survoltée de leurs prédécesseurs. Mais peu importe, la puissance de ce rock écorché mêlée à leur étrange retenue crée un charisme absolument fascinant. La setlist est assez équilibrée, même si on pouvait s’attendre à une ouverture et un final différents. « Back of Atlas » et « I Don’t » viendront nous rappeler l’influence du duo rock anglais producteur de leur album, Blood Red Shoes, tandis que « Mystery Fades » et « Intrusion » feront quasi coup sur coup l’effet d’une bombe. Illustration :

Durant ces 45 minutes à pleine puissance, les strasbourgeois livreront un live impeccable et musclé sans pour autant perdre cette élégance presque déroutante, incarnée par la voix profonde et sensuelle d’Étienne, guitariste du groupe.

 

© dumdumgirl

Peu après 22h30, le second poulain très attendu du label strasbourgeois Deaf Rock Records, Colt Silvers, entre en scène. Scène surplombée de la fameuse mascotte du groupe, un panda roux (du nom de son nouvel opus Red Panda), accompagné de son bambou. Une nouvelle fois, on change de décor et d’ambiance. Emmené par Tristan, son impressionnant chanteur barbu, le trio Colt Silvers (en quatuor ce soir-là) nous embarque pour un set dépaysant, quelque part entre pop-rock et électro. Durant les 3 premiers titres, légère frayeur : j’étais paumée, impossible de rentrer dedans. Contrairement à 1984 dont je connaissais déjà très bien l’album, je n’avais eu que très peu de temps pour écouter Red Panda (sorti 3 jours avant le concert) et, parfois, j’ai besoin d’une écoute préalable pour mieux apprécier une performance live. Heureusement, ce moment de solitude s’est envolé dès les premières notes de « Hide and Seek », leur titre phare, qui m’a permis de raccrocher… et plutôt bien même car je suis restée à fond jusqu’au bout.

© dumdumgirl

J’ai adoré l’interprétation tribale de « Summer and Fall », beaucoup plus tranchante que la version album, puis l’entêtant « Peaches » au refrain repris par le public à coups de Wow oh oh-oh-oh et enfin, le dansant « Zugzwang », évidemment. Le final se fera sur l’hypnotisant « As We Walk », pendant lequel Tristan rejoindra la fosse pour danser avec le public. Un public convaincu puisqu’il rappellera chaleureusement le groupe. On a eu de la chance, il restait un peu temps : les Colt Silvers reviendront donc pour deux titres, dont le puissant « Silver Horses », clôturant cette soirée en beauté.

Des live à la hauteur de leurs promesses : d’une part, la confirmation indéniable des deux nouveaux talents du label Deaf Rock Records, 1984 et Colt Silvers, et de l’autre, une agréable surprise avec Phyltre. Seule ombre au tableau : pour revoir ces trois groupes, il faudra attendre l’annonce de nouvelles dates !

Share Button

3 Responses to “Phyltre + 1984 + Colt Silvers @ La Maroquinerie – 07/03/2013”

  1. Schattra 11 mars 2013 at 10:19 #

    À la lecture de cet excellent live-report, une question se pose: comment ai-je pu rater ces groupes jusqu’à aujourd’hui? Merci à My Wonderwall de promouvoir le rock français, qu’il vienne d’Avignon, de Strasbourg ou d’ailleurs. Il en a bien besoin, et il le mérite.

  2. chacaloute 11 mars 2013 at 10:57 #

    Merci Schattra ! C’est clair, quel bonheur de voir tous ces bons groupes français se développer à l’heure actuelle. Ravie que tu ais fait quelques découvertes 😉

  3. Toinou 12 mars 2013 at 10:30 #

    Un grand merci pour ce compte rendu. Pour avoir eu la chance de participer à cette soirée, j’ai adoré le son et la prestation de 1984. Que du bon. À revoir !

Leave a Reply