Rock in the Barn, jour 2 – 31.08.2013

1 Oct

Ferme de Grande IleSamedi 31 août. Bon, l’été semblait avoir décidé de prendre la fuite ce jour là. Malgré le temps maussade, en route pour la deuxième soirée à Rock in the Barn dont le programme s’annonçait tout aussi alléchant que la veille (si tu veux lire le résumé du vendredi, c’est par ). Juste un léger regret de n’avoir pu arriver plus tôt sur le site pour découvrir le rock des écossais The Preventers, bon, ça sera pour une prochaine fois.

Finalement, c’est sous un timide rayon de soleil qu’on arrivera à la ferme de Grande-Ile. 19h. Sous la Grange, The Clockwork of the Moon a déjà commencé son set. Clockwork of the MoonDe passage à Paris en début d’année, je n’avais pu voir qu’un bref échantillon de leur talent donc encore une bonne occasion de se rattraper. Dès le premier titre, nos oreilles sont littéralement happées par la voix unique et pénétrante du chanteur. Dans la lignée des américains Fleet Foxes, les cinq caennais imposent un folk bucolique, doux et maîtrisé. On se laisse facilement séduire par les belles envolées qui ponctuent leurs morceaux. C’est aérien et divinement planant. J’ai néanmoins trouvé que leur set était trop « constant » et eu l’impression qu’il manquait un petit quelque chose pour impliquer davantage le public et faire grimper l’ambiance.

Divine PaisteOn ressort au grand air vers la scène des Champs pour accueillir Divine Paiste, un quatuor originaire de Tours. Pour ma part, l’un des groupes que j’attendais le plus sur cette journée. Découverts grâce au blog Soul Kitchen, qui proposait à l’époque une jolie session filmée sous un pont parisien (ici le lien), j’avais ensuite suivi leur projet de moyen métrage musical Crystal Waves on a Frozen Lake, qui a aujourd’hui donné son nom à un magnifique premier album sorti en mai dernier. Sans trop savoir pourquoi, j’avais imaginé que leur live serait aussi calme et planant que celui de leurs prédécesseurs. Erreur. Rythmé et puissant, le set des Divine Paiste ne nous laissera aucun répit, au grand bonheur du public local, décidément aussi en forme que la veille. Entre des titres ultra rock comme « Nasty Hornets » ou « Midnight Playground » (apparemment joué pour la dernière fois ce soir-là, dommage) et d’autres beaucoup plus pop comme l’excellent « Boreal », celui-ci est rapidement conquis. Faut dire que les mecs savent y faire avec la scène : en plus d’un duo basse-batterie particulièrement impressionnant, Pierre-Yves, leur chanteur, n’a pas froid aux yeux face au public de Rock in the Barn. On le verra notamment descendre dans la fosse avec son tom basse ou encore taper un slam magistral sur l’hypnotique « Savage Moon Venom », dont voici un extrait en images (pendant lequel j’ai – encore – vécu un grand moment de solitude, ahem).

Les jeunes tourangeaux auront révélé un brillant potentiel scénique pendant ce set à Giverny. Le genre de performance qu’on n’oublie pas de sitôt, une claque inattendue qui nous met KO, mais dont on se relève avec un sourire béat.

Après un tel live, difficile de rentrer tout de suite dans un autre univers. Tandis que les franciliens Hermès Baby investissaient la Grange, on a préféré faire une pause. N’ayant donc eu qu’un très bref aperçu de la prestation du trio (accompagné d’une jeune fille au chant ce soir-là), il me sera difficile d’en dire plus, si ce n’est que le groupe propose une pop sombre mais relativement entraînante, chantée en français.

Morgane de CK22h. La nuit est bel et bien tombée. On sent déjà la fraîcheur de septembre envahir la scène des Champs. Heureusement, arrive l’heure du concert des Concrete Knives. On a essayé de compter le nombre de fois où on les a vus depuis leur victoire au Festival Chorus en 2011, 5, 6, peut-être plus. Fer de lance de la nouvelle scène caennaise, le quintette indie pop est avant tout un putain de groupe de scène. D’ailleurs, on a beau les voir et les revoir, on ne s’en lasse pas. Renforcés d’un guitariste ce soir-là, ils avaient opté pour une disposition scénique légèrement différente, en alignement sur le devant de la scène, comme pour mieux couvrir la foule de leurs rythmes endiablés. Pari réussi. Dès le premier titre, la pelouse des Champs répond présente, reprend en chœur les Na-na-na-na-na-na-na de « Greyhound Racing », danse sauvagement au rythme des percussions d’« Africanize ». Illustration :

A chaque concert des CK, je suis toujours impressionnée par la présence survoltée d’Adrien au clavier (et percus), mais cette fois, c’est celle de Concrete KnivesMorgane au chant qui m’a le plus frappée. Elle semble s’épanouir à mesure des prestations, là, on la verra très souvent encourager les premiers rangs à chanter et danser. C’est à vive allure et un large sourire aux lèvres que les caennais enchaîneront les morceaux de leur premier opus Be Your Own King, tous plus efficaces les uns que les autres. A noter également leur excellente reprise du tube des 90’s « Here Comes The Hotstepper » d’Ini Kamoze (mais si, tu connais forcément, regarde ici) qui a particulièrement fait sensation au sein de la fosse de Rock in the Barn.

Mais arrive déjà 23h. Fin du concert, la foule se disperse et le froid reprend sa place sur le site. On peut dire que le concert de Dorian’s Grace au chaud dans la Grange tombait à point. Dorian's GraceRévélation musicale 2013 d’Évreux. Bon. Selon le livret du festival, avec leurs « riffs de Stoner », ces gars du coin allaient nous « scotcher au mur de la grange » (je cite). Ah ah, ça allait envoyer sévère dans la salle aux vieilles pierres ! Et, je dois dire que ce fut le cas. Chaleureusement accueilli, le quatuor d’Évreux nous a sorti le gros son : chaque morceau est précis, puissant, avec tout juste ce qu’il faut de mélodie. Après un set de compos assez musclé, ils décideront de nous achever sur une reprise de « The Pretender » des Foo Fighters. Respect. Au delà du choix audacieux, on saluera la belle performance du groupe, même si Vincent était un peu court en voix, ayant tout donné pendant ces 40 minutes à pleine puissance.

JuvenilesMinuit. Ça y est, c’est l’heure du concert de clôture. Encore fort nombreux, les derniers présents regagnent la scène des Champs. Tête d’affiche du second soir, le duo Juveniles démarrera même avec un peu d’avance. Les rennais ont la cote cette année, il faut bien avouer que leur premier album éponyme sorti au début de l’été est une pure merveille de pop aux accents 80’s. Déjà bien amassé contre les barrières, on sent une forte attente de la part du public. Accompagnés de deux musiciens supplémentaires (clavier et bassiste), le duo enchaînera la crème de son album, du sexy « We Are Young » au dansant « All I Ever Wanted Was Your Lov », en passant par le mélancolique Juveniles« Washed Away ». Cependant, j’imaginais un retour plus enthousiaste de la part du public de Rock in the Barn. Une réflexion de mon acolyte Caïpirinou m’a alors fait réfléchir : « C’est froid ». Certes, Caïpirinou n’aime pas le synthé mais il sait rester objectif. Et sur ce coup là, j’ai beau adorer ce premier opus de Juveniles, je suis d’accord avec lui. Sur scène, la retenue affichée par le groupe est très marquée. Après, c’est vrai qu’on peut l’interpréter de différentes manières : timidité, concentration, volonté de coller au côté classieux de leur son… mais aussi snobisme. Bon, au-delà de ça, leur performance fut vraiment impeccable. D’ailleurs, ils termineront leur set en beauté sur le tubesque « Fantasy », et en version longue s’il vous plaît :

Un très bon moment que ces 2 jours passés à Rock in the Barn. En plus de sa programmation très soignée et de son organisation simple et conviviale, on retiendra la fabuleuse ambiance qui a régné sur le site tout au long du festival. Alors, RDV en 2014 !

Share Button

3 Responses to “Rock in the Barn, jour 2 – 31.08.2013”

  1. Allirion 1 octobre 2013 at 1:27 #

    Je n’ai pas le temps de me renseigner sur tous les concerts, ni d’aller les voir, alors merci pour ces chroniques. Découvrir de nouveaux groupes de temps en temps en arrivant au boulot, ça n’a pas de prix !

    • chacaloute 1 octobre 2013 at 8:02 #

      Avec plaisir, merci de nous lire ! Si ces articles donnent lieu à de belles découvertes, j’en suis doublement ravie 😉

  2. Sharon 4 octobre 2013 at 7:00 #

    What a great atmosphere at Rock in the barn.. loved every minute of it, was well organised and the folk were all so friendly!! I hope to return in 2014 😛

Leave a Reply