SAmBA De La mUERTE – 4 – EP

18 Déc

1385218_650658961644786_1539632828_nLes plus belles découvertes sont celles que je n’attends pas, celles qui s’imposent à moi alors que ce n’est pas ce que je recherche à ce moment-là. SAmBA De La mUERTE a réussi la prouesse de prendre le contrôle de mes émotions, alors que j’étais dans une phase d’écoute de gros rock à guitares saturées (en principe, quand je suis en mode gros son, la douceur à peu de chances de s’imposer à mes oreilles), j’ai été happée par son univers dès la première écoute de son nouvel EP  nommé « 4 «  comme le troisième titre de ce quatrième opus comprenant cinq chansons (mais oui, c’est bien logique).

Pourtant, l’intro du premier titre « Sahara » commençait un peu trop classiquement à mon goût, j’aurais pu très vite me lasser, mais c’est là tout le génie de SAmBA De La mUERTE: chaque fois qu’on pourrait sentir poindre l’ennui, il se passe quelque chose… quelque chose qui ne se décrit pas facilement, mais qui se ressent profondément. A chaque chanson sa propre vague d’émotions qui monte de la poitrine vers la gorge, et se paye de temps à autre le luxe de picoter les yeux. Tout juste à la deuxième minute de « Sahara », par exemple, ça ne loupe pas, il y a un truc qui implose en moi, sur lequel je n’ai pas le contrôle: une sorte de mélancolie pas triste, quelque chose de doux et puissant à la fois, difficile à expliquer. « For my friends » dégage une sorte de mollesse alternée d’insouciance, il y a quelque chose de pétillant dans cette chanson qui me plait particulièrement. Le titre « 4  » qui a donné son nom au disque marque une petite pause douceur et sert d’intro à la chanson « Skyline », ma préférée, celle-là m’emmène carrément sautiller (je pourrais presque dire danser, mais comme je ne danse pas…) sur les nuages. J’ai un peu moins d’atomes crochus avec « Fire », le dernier morceau qui a pourtant donné  naissance à un clip, j’apprécie néanmoins le climat plus pesant qui s’en dégage, témoin de la diversité des émotions transmises par la musique de SAmBA De La mUERTE.

ca10_3696674_3.jpg16Ce projet était initialement celui d’Adrien Leprêtre, le clavier des Concrete Knives. Le groupe Caennais compte aujourd’hui 4 membres : Corentin à la guitare, Martin à la basse et Gabriel (si tu es un peu plus physionomiste que moi, tu auras certainement reconnu Superpoze) à la batterie.

Après chaque écoute de cet EP, je me sens comme emmitouflée dans le moelleux du coton (un nuage ne serait pas plus confortable) et il me semble indéniable que la magie existe en ce bas monde.

Share Button

No comments yet

Leave a Reply