Suis les étoiles : découvre Over Me

3 Oct

Aux environs du 1e septembre (vive la rentrée…), je découvrais l’univers d’Over Me grâce à la page Facebook de Belgium Rocks, webzine culturel (et beaucoup musical) belge que je t’invite à découvrir de toute urgence en suivant ce lien : (en plus, ils se sont lancés dans l’organisation d’un festival 100% Rock, 100% belge qui s’annonce plutôt sympa…des vrais fous, mais dans le sens positif du terme, comme on aimerait en croiser plus souvent). J’aime cette dimension magique qu’offre internet: tu cliques sans trop savoir où tu vas (je l’avoue, je crois que c’est un peu pour ça que je suis accro : des surprises tout le temps), et tu plonges dans l’univers musical d’un artiste sans rien connaître de lui. Si bien que, lorsque j’ai écouté pour la première fois les quatre titres disponibles sur le site officiel d’Over Me, j’étais bien loin de me douter que cette formation était née seulement neuf petits mois auparavant. Mais, tout bien réfléchi, si le corps d’une femme est capable de fabriquer un bébé en si peu de temps, pourquoi une groupe ne pourrait-il pas, de son côté, imaginer, créer son propre son, répéter, enregistrer, et défendre sur scène ses jolies compositions très personnelles dans un intervalle aussi court ?

Over Me nous vient de Charleroi en Belgique, Pierrot est au chant (et textes), Antoine et Alex aux guitares, Jules à la basse, Tim au clavier et Bruno à la batterie. Si leur symbiose artistique est relativement récente, leur complicité ne date pas d’hier, puisqu’il s’agit de deux frères, deux cousins et deux meilleurs amis, c’est peut être là un des secret d’une mise en route aussi rapide et réussie. Tiens, voici une jolie photo, si tu veux t’amuser à essayer de deviner qui est le frère ou le cousin de l’autre (moi, je ne suis pas douée au jeu des airs de famille, alors, je ne joue pas).

La musique d’Over Me a quelque chose d’addictif, tu écoutes une fois, déjà tu frissonnes, tu te laisses gagner par diverses émotions que tu n’arrives pas forcément à nommer tout de suite: tantôt un peu triste, tantôt apaisé, l’ambiance se fait parfois plus pesante, mais par moment, tu as aussi l’impression de respirer un grand bol d’air (comme lors d’un vol à dos du dragon porte bonheur du film L’histoire sans fin, pardon pour la référence, mais une musique qui me renvoie à un de mes plus grands rêves d’enfant, ça pèse lourd dans la balance). Bref, je crois qu’au début, j’ai surtout eu besoin de réécouter pour discerner les différentes émotions que leur musique éveillait en moi. La fenêtre safari de mon iphone dans laquelle j’avais ouvert le player du site officiel pour découvrir leur univers est d’ailleurs restée ouverte une bonne vingtaine de jour d’affilée pour une écoute quotidienne. J’ai maintenant décortiqué chaque son, chaque changement de rythme, chaque ambiance et cette voix qui m’a profondément touchée dès la première écoute. Parmi les quatre titres, difficile de dire lequel est le plus réussi, ma préférence va peut être quand même à The Mirror : une chose m’intrigue particulièrement sur ce titre: La basse n’a pas simplement un rôle de lien entre les mélodies et la rythmique, je trouve qu’elle ajoute une dimension supplémentaire à l’ambiance qui règne tout au long de cette chanson. (J’ai remarqué d’ailleurs que ça arrive aussi sur d’autres chansons, notamment « In One ».). Quoi qu’il en soit, l’ambiance de départ est clairement mélancolique, puis autour de la troisième minute la montée en puissance de la batterie tape directement sur le coeur et, à la fin de la chanson, tu retrouves presque un peu d’espoir. Tu peux découvrir cette petite merveille ci-dessous:

The Mirror (studio) by Over Me

New Beginning est, à mon sens, la plus accessible, avec un refrain très accrocheur et une belle énergie, bien que je l’aie facilement assimilée au moment de la découverte, c’est aujourd’hui celle qui me fascine le moins, je trouve qu’il y a moins de surprises, moins d’émotions « cachées » à l’intérieur.

Oxygen, quand à elle, me plonge dans une confusion de sentiments, l’ambiance à la fois douce et pesante est tellement incompatible avec le réalité que tu es obligé de décoller pour un autre monde.

In One est carrément céleste et t’invite à suivre les étoiles. Le sujet des constellations et des galaxies semble d’ailleurs récurrent tant dans le graphisme de leur site internet, que dans la présentation du groupe (« Skies and stars opening our minds. Galaxies and unknown lands. » peut-on lire sur Soundclouds, par exemple). J’ai également constaté, pour l’avoir croisé sur facebook, que Jules, le bassiste, place une certaine confiance en l’éventuel pouvoir des étoiles. Tout ceci te donne maintenant envie d’y croire à nouveau, même si ça ne t’était plus arrivé depuis ton dernier voyage à dos de dragon porte-bonheur, ce qui remonte quand même à quelques années maintenant.

La musique d’Over Me mérite vraiment d’être écoutée avec attention car elle renferme plein de jolies subtilités et d’émotions fortes. Ils viennent d’ailleurs de franchir une nouvelle étape vers la réalisation de leurs ambitions, en remportant, ce samedi, la grande finale du concours TD on stage (organisation visant à promouvoir les artistes de la région de Charleroi).

© El Bugs (https://www.facebook.com/Elbugsphoto)

 

Ben tiens, pour fêter ça, voici un petit extrait du concert qu’ils ont donné à l’occasion de ce concours (attention, looping dans le ventre inside).


© Nathalie De Fruytier

Convaincue que le chemin tracé par les étoiles les mènera sur la bonne voie, je leur souhaite une belle carrière, en espérant avoir l’opportunité d’apprécier leurs qualités scéniques à l’occasion d’un de mes (trop peu fréquents) retours en Belgique.

N’hésite pas à rejoindre leur page Facebook et découvrir leur EP ici.

Share Button

7 Responses to “Suis les étoiles : découvre Over Me”

  1. Aurélie 3 octobre 2012 at 7:45 #

    Quel bel article … Les mots sont justes et correspondent parfaitement à leur univers ! Over Me promet de belles choses à l’avenir !

    • zyblynn 4 octobre 2012 at 9:38 #

      Je suis convaincue également qu’ils vont faire parler d’eux rapidement, la preuve en est le nombre incroyable de partages de mon article.Je suis très heureuse qu’autant de monde reconnaisse Over Me à travers mes mots, mais il ne serait pas relayé si activement si le sujet ne touchait pas profondément un grand nombre de personnes. Merci pour ton commentaire 🙂

  2. Christophe Delire 5 octobre 2012 at 2:40 #

    OVERME: Je suis fier d’avoir fait leur interview avant qu’ils ne deviennent des Stars Internationales http://bambuser.com/v/2904349 #jemelapete

    • Zyblynn 7 octobre 2012 at 9:21 #

      Super, l’interview. Puis l’accent et la Jupiler (Belgique, je t’aime…). J’avoue que je ne suis pas vraiment ( pas du tout, même) française.

      • OVER ME 10 octobre 2012 at 1:45 #

        Un tout grand merci pour cet article. Nous espérons tous vous voir au fil de nos scènes…
        Stay tuned !
        Peace

        • zyblynn 14 octobre 2012 at 10:03 #

          Les étoiles vont me guider vers un de vos concerts, l’été prochain, certainement.

Trackbacks and Pingbacks

  1. Le Top EP 2012 de la rédaction | My Wonderwall - 31 décembre 2012

    […] de les présenter conjointement, d’autant que j’ai déjà parlé d’Over Me ici et de What About Penguins là. Ces deux groupes sont ce que j’appelle des purs coups de […]

Leave a Reply to zyblynn