Vegas – An Hour With…

31 Oct

Comme tu l’avais probablement deviné à la lecture de ce live-report, le groupe belge Vegas est incontestablement mon coup de coeur de cet été. Bien sûr, l’histoire ne s’est pas arrêtée à ce concert, j’ai eu à subir la sensation de manque qui suit inévitablement un moment aussi fort que celui-là. Pour apaiser ce sentiment désagréable, je me suis réfugiée dans l’écoute intensive de « An Hour With…« , leur deuxième album. Je t’invite à le visiter aujourd’hui, puisqu’il est (enfin) distribué en France (et dans le monde entier) depuis quelques jours.

Pour l’écouter, c’est sur deezer ou spotify , et une fois convaincu, n’oublie pas de l’acheter.

Le voyage commence à travers deux titres rock, où les guitares électriques sont bien présentes, juste ce qu’il faut pour me mettre à l’aise: Just Lovers et Katy Spears. Enfin….presque à l’aise, car, lorsque je me suis intéressée aux paroles, j’ai été un peu déconcertée par le thème de la première: un homme convainc une femme de céder à leur attirance réciproque, en partant du principe qu’on peut goûter à ce plaisir d’un instant sans effet néfaste sur l’avenir. Un peu troublant, en ce qui me concerne, mais je trouve ce texte magnifiquement bien construit, le message est clair, mais tout est dans la suggestion, et j’aime assez l’idée de vivre quelque chose intensément sans avoir besoin d’en mesurer les conséquences, même si je n’ai pas attendu cette chanson pour avoir ce genre de réflexion (que je ne mets pas en pratique).

Viennent ensuite deux titres à consonance plus pop The Fool et Better Days. Si la première a rapidement trouvé grâce à mes yeux (enfin, mes oreilles) avec son intro quasi acoustique et une montée en puissance tout au long de la chanson; la deuxième, qui est pourtant l’extrait de référence, puisqu’elle a été illustrée par un clip, ne m’a pas vraiment convaincue, je la trouve beaucoup trop lisse. (J’avoue que c’est un peu chronique chez moi, cette tendance à rejeter le morceau choisi pour être diffusé en radio, raison pour laquelle je ne me fie jamais à un single pour me faire une idée du contenu d’un album). Mais, je te rassure, sur scène, elle déchire tout autant que les autres.

Voici donc le clip extrait de cet album:

Le milieu de l’album me donne le sentiment de m’aventurer dans des contrées moins explorées: trois chansons où le hip hop et l’electro (domaines que je ne maîtrise pas du tout) se font plus présents:  Welcome On The Deadfloor, (chanson qui m’avait déjà explosé la tête intérieurement lors de la découverte live) Livin’ In A Shadow et Another Day. Cette partie de l’album me donne l’impression de basculer vers un autre monde, certes bien sombre, dans lequel je me laisse guider sans appréhension. Je découvre et j’apprécie de nouvelles sensations auditives, et c’est vraiment bon pour la diversification de ma culture musicale.

Après cette petite étape au sein de l’inconnu, je retrouve des paysages plus familier avec Feel High et Fashion Song où la guitare électrique revient à la charge. Bien que je trouve ces deux titres un peu moins originaux, je m’attarde un peu sur Fashion Song: j’aime bien l’idée qu’elle dégage: elle dénonce le fait que les medias, les publicités, tendent à uniformiser nos idées, notre façon de penser, notre apparence…et bon, c’est vrai que, probablement par réaction, je suis totalement insensible aux modes, aux publicités et que j’évite d’écouter la radio lassée d’avoir acheté des albums à la suite d’un bourrage de crâne intensif. Cette chanson est aussi la préférée de mes enfants, je te conseille donc vivement de la faire découvrir à ton fils (fille), neveu (nièce), cousin(e) ou autres petit frère (soeur) si tu veux le (la) plonger dans une culture rock dès le plus jeune âge. Je laisse à mes enfants le soin de t’expliquer pourquoi cette chanson est super: je cite « parce que le chanteur a des cheveux » (oups, oui bon, ça se vérifie pour toutes les chansons de l’album) « parce qu’il y a beaucoup de guitare électrique », « parce qu’il y a un super cri à la fin de la chanson et puis un petit « ting » »…Ne cherche pas plus loin, le fameux « ting », marque le début de la dernière chanson: An Hour With Me qui a quasiment donné son nom à l’album et clôture celui-ci. Elle fait également partie des chansons plus calmes. Envoûtante, elle permet de terminer le voyage au sein de cet album avec une sensation d’apaisement.

Je ne peux pas achever cette chronique sans évoquer la voix d’Alky Stoner qui est capable d’une étonnante douceur par moment, en contraste avec le ton plus rageur qui met en valeur les moment plus énergiques. Je salue le travail qui a été effectué dans ce domaine depuis le premier album que tu peux également écouter ici.

A savoir que le groupe prépare un troisième album pour 2013, dont voici le premier extrait:

Lady Gleam que tu peux te procurer ici

En conclusion, cet album te fait voyager au travers d’ambiances diverses et variées au fil desquelles tu pourras trouver ton bonheur quel que soit ton état d’esprit.

Share Button

3 Responses to “Vegas – An Hour With…”

  1. chacaloute 1 novembre 2012 at 12:01 #

    Je suis complètement d’accord avec toi sur le single Better Days, je trouve ce titre « fâde » par rapport à d’autres beaucoup plus intéressants comme Welcome On The Deadfloor <3 Je m'empresse d'écouter l'album, merci pour cette jolie chronique 🙂

Trackbacks and Pingbacks

  1. Le Top Albums 2012 de la rédaction | My Wonderwall - 29 décembre 2012

    […] voudrais en dire un petit mot quand même pour l’année 2012. J’avais déjà expliqué ici, en détail pourquoi je l’aime. Il est caractérisé par différentes ambiances: on y trouve […]

  2. VEGAS – Everything You Know Is Wrong | My Wonderwall - 24 février 2014

    […] la première écoute, les guitares me semblent moins présentes que sur le précédent album “An Hour With…”, les ambiances sont plus mélangées au sein d’une même chanson et les sonorités électro […]

Leave a Reply